Rabattement des cartes

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La scène politique congolaise est dans la zone des turbulences. La coalition FCC-CACH n’a pas encore produit des résultats attendus. Les faits observés sur le terrain prouvent que les deux partenaires n’ont pas encore concilié leur vision, encore moins, leurs stratégies politiques. Pour preuve : la composition du gouvernement n’est toujours pas au rendez-vous, alors que le Premier ministre a été nommé depuis plus d’un mois et demi.

Au sein même du FCC, le détachement de l’AFDC-A de cette plateforme vient aussi compliquer les choses. En se détachant du FCC, l’AFDC-A a notifié  les deux Chambres du Parlement en les appelant à tirer toutes les conséquences politiques. En clair, l’AFDC-A devient une composante politique autonome au même titre que CACH, FCC ou LAMUKA.

Dès lors, compte tenu du poids politique de l’AFDC-A dans les deux Chambres du Parlement où elle compte 47 députés nationaux et 12 sénateurs, il y a lieu d’intégrer cette nouvelle donne dans le prochain partage des postes au gouvernement. A moins que le CACH se suffise du seul partenariat, du reste encombrant, le liant au FCC qui, malgré tout, détient la majorité des sièges au Parlement.

Ce qui est sûr, il y a une nouvelle composante, et non de moindre, qui est disposée à travailler avec le président de la République et le Premier ministre, à en croire l’autorité morale de l’AFDC-A. Par voie de conséquence, il va y avoir un rabattement des cartes dans le jeu d’alliances et autres partenariats. Ce qui est politiquement une bonne opportunité pour CACH qui peine à tirer son épingle du jeu dans sa coalition avec le FCC.

Aux dernières nouvelles, le FCC s’est adjugé la quasi-totalité des postes dans la composition du prochain bureau définitif du Sénat en ne réservant aucun poste à CACH. Cette gloutonnerie politique n’est pas un fait nouveau. Il a été aussi constaté dans la composition des bureaux des assemblées provinciales où le FCC trône en seul maître.

Tout compte fait, l’AFDC-A devient une composante autonome susceptible de nouer de partenariat, notamment avec CACH. Il n’a jamais été dit que la coalition FCC-CACH était exclusive.