Revaloriser les mœurs

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel a lancé, depuis le 16 juillet, la publication des résultats de l’examen d’Etat, édition 2019. Comme en pareille circonstance, les finalistes du secondaire de la ville de Kinshasa sont en liesse. Ils ont exprimé leur joie à travers les artères de la capitale. Une opportunité offerte à certains finalistes de fouler aux pieds les valeurs morales. Les danses et chansons obscènes vues et écoutées le mardi dans les rues de Kinshasa en est une illustration. Et pourtant, ces jeunes sont appelés à prendre la relève du Congo de demain.

Le Potentiel 

C’est pourquoi, le ministère de tutelle doit beaucoup insister sur la morale et l’éducation civique dans ses programmes. Ces deux cours sont d’une importance capitale dans la formation de nos élèves. Ils ont un avantage, celui d’apprendre aux enfants ce qu’ils doivent faire et ce qu’ils doivent éviter. A partir des valeurs positives contenues dans ces enseignements, les élèves peuvent facilement changer de comportement. Curieusement, les cours de morale et d’éducation civique sont négligés dans certaines écoles !

Un autre constat malheureux, c’est que le savoir-vivre est devenu une pratique négligeable dans les milieux scolaires de notre pays. Les antivaleurs prennent le dessus sur les vertus. Devant cette pyramide renversée, l’on se pose la question : où allons-nous ? Cherchant à imiter aveuglement les valeurs extraverties, la plupart de nos jeunes se retrouvent dans une confusion morale. Ils perdent leur identité et deviennent des aliénés.

Pour un avenir meilleur, la RDC a besoin d’une jeunesse éprisede valeurs morales et intellectuelles. Pour y arriver, les gestionnaires de l’enseignement ont un devoir patriotique. Celui de repenser les programmes d’éducation en les dotant d’une dose supplémentaire de valeurs éthiques. La légèreté, la corruption, le favoritisme…, sont des maux à combattre dans les milieux scolaires. Car, ils sont à la base de la baisse de la qualité de l’enseignement dont on déplore actuellement dans notre système éducatif.