REVUE DE PRESSE DU JEUDI 18 JUILLET 2019

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

     

« Le peuple d’abord. Mais qui s’en occupe donc ? », Interroge L’Avenir. Le journal note qu’au-delà de l’agitation politicienne, les cris de détresse et les supplications de la population doivent interpeller le leadership du pays incarné par le Président de la République, Félix Tshilombo, qui doit tout faire, afin de nommer les autres membres du Gouvernement. Selon toute vraisemblance, le pays perd en travaillant avec des intérimaires qui n’ont pas le cœur à l’ouvrage. Seul un Gouvernement crédible est censé appliquer la politique de la nation et en assumer la responsabilité devant le Parlement. Bien plus, la façon dont se déroulent les discussions entre les coalitions CACH et FCC, ne semble pas prendre en compte le crédo des militants du parti du Chef de l’Etat : « le peuple d’abord ».

Pour sa part, Le Potentiel titre : « Gouvernement : des négociations au point mort ». Le tabloïd note que les discussions de Mbuela Lodge (Kisantu), dans le Kongo Central, entre des délégués du FCC et du CACH ont accouché d’une souris. Tout comme le groupe restreint qui a poursuivi les négociations au Rotana Kin Plazza, à Kinshasa. On est devant un blocage qui ne dit pas son nom. Telle l’hydre de la mythologie, le compromis s’éloigne chaque fois qu’une lueur d’espoir se profile. D’où, le point mort. Pendant ce temps, sur le terrain, la longue attente de la formation du gouvernement commence à agacer. Le départ de l’AFDC-A du FCC, qui réclame désormais la reconfiguration de la majorité à l’Assemblée nationale, aura été lourd de conséquences. C’est toute la carte politique de l’Assemblée nationale qui est en mutation. L’on craint ainsi que la recomposition de rapport de force à l’Assemblée nationale ne change complètement les cartes, au point d’amener le chef de l’Etat à remettre en cause la procédure ayant conduit à la nomination de Sylvestre Ilunga Ilunkamba.

« Construction des sauts-de-mouton, Tshisekedi donne un coup d’accélérateur aux travaux », écrit L’Avenir qui rapporte que le Président de la République a visité mercredi, les différents chantiers de construction des sauts-de-mouton dans la ville province de Kinshasa pour se rendre personnellement compte de l’état d’avancement des travaux. Et ce, suite au constat qui a été fait des routes embouteillées, lenteur des travaux, insuffisance d’information sur différents sites, etc. Du quartier Kinsuka à Kingasani, en passant par le Boulevard du 30 juin et l’avenue de l’Université, le Chef de l’Etat a obtenu des explications de premières mains de la part des équipes d’exécution.

« En visite d’inspection des travaux publics : Félix Tshisekedi passe à l’évaluation ! », rapporte La Prospérité. L’on note que le premier saut- de-mouton, celui de Kinsuka sera ouvert à la circulation routière fin septembre. Parallèlement aux travaux sur le site, des grands ateliers de préfabrication sont opérationnels et préparent des structures qui seront transportés sur différents chantiers. Par contre, d’autres sites dont le travail de forage traîne, les conducteurs de travaux ont justifié cette situation par la complexité des études préalables.

Et radiookapi.net de noter : « Kinshasa : 40% de travaux de sauts-de-mouton déjà exécutés, selon l’OVD. Il a fait cette déclaration, lors de la visite des différents chantiers par le Président de la République, Félix Tshisekedi.

D’une visite à une autre, Forum des As écrit : « Visitant le site devant abriter les 9èmes jeux de la francophonie à Kinshasa, Bruno Tshibala :  » Nous réussirons les jeux, comme nous avons réussi les élections « . Concernant la spoliation de certains espaces de la Fikin, le Premier ministre rassure que des mesures sont déjà prises pour mettre fin à cette occupation illégale. Constat : l’état actuel du site (la Fikin) laisse voir qu’il y a beaucoup à faire et cela va demander d’importants moyens. Mais cela ne décourage ni le gouvernement, ni le chef de l’Exécutif, habitué à affronter ce genre de challenge.

Dans un autre registre, Forum des As rapporte : « OMS : Ebola déclarée une urgence de santé publique de portée internationale ». L’on note que la décision de déclarer cette urgence de santé publique à portée internationale a été prise par un collège d’experts de l’OMS, qui a pris en compte plusieurs critères, notamment le risque de propagation du virus à l’international. Dans le cas de la fièvre hémorragique Ebola, cette déclaration d’urgence sanitaire mondiale traduit l’inquiétude des experts de voir la maladie se propager dans d’autres pays. Le fait qu’un patient soit décédé le lundi 15 juillet dernier pendant son transfèrement de Goma vers Butembo. La ville de Goma, qui compte 1 million d’habitants, est en effet située sur la frontière avec le Rwanda. Son aéroport international est, par ailleurs, connecté à Kinshasa et à Addis-Abeba (Éthiopie).

À ce sujet, actualite.cd écrit : « Ebola : Après la déclaration de l’Urgence, la RDC attend une « plus grande transparence » dans la gestion des fonds qui seront collectés ». Félicité par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour les données qu’il partage « ouvertement » auprès de l’ONU sur l’épidémie d’Ebola, le ministère congolais de la santé a demandé « une plus grande transparence » des acteurs humanitaires par rapport à l’utilisation des fonds qui seront alloués pour répondre à l’épidémie déclarée urgence sanitaire de portée mondiale par l’OMS.

« Promotion du genre : Mabunda réitère la disponibilité de l’Assemblée nationale à soutenir la dynamique », écrit Le Potentiel. Le tabloïd note qu’en lançant les travaux du Dialogue parlementaire des champions du genre en RDC, la speaker de la Chambre basse du Parlement a ainsi joint sa voix à celles du représentant-résident PNUD, Dominic Sam, et de la ministre du Genre, Famille et Enfant, Chantal Safu, pour affirmer la disponibilité du bureau de l’Assemblée nationale à soutenir toute dynamique favorable à la promotion du genre en RDC. Ainsi, la présidente de l’Assemblée nationale attend des participants, qui sont des présidents, vice-présidents et questeurs des assemblées provinciales, des propositions concrètes pour inspirer les projets et propositions de loi sur cette thématique.

Pitshou MULUMBA