REVUE DE PRESSE DU MERCREDI 31 JUILLET 2019

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Investiture du gouvernement. Assemblée nationale : une session extraordinaire de plus en plus envisagée », titre Forum des As. Le journal indique que l’Assemblée nationale pourrait se réunir en session extraordinaire au début du mois d’aout prochain, pour investir le nouveau Gouvernement en gestation, placé sous la conduite du Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba. Même si aucune date n’est encore officiellement fixée, ça se susurre toutefois, autour du 5 aout. On apprend à ce sujet, précise le tabloïd, que les députés nationaux auraient tous été exhortés à regagner Kinshasa.

« Gouvernement en RDC : le FCC de Kabila conserverait les Mines et les Finances », révèle Rfi.fr. L’on note que les Affaires étrangères et l’Intérieur tombent dans l’escarcelle de la coalition Cach de Félix Tshisekedi, mais le chef de l’État n’a obtenu ni la Défense ni la Justice qui restent aux mains du FCC de Joseph Kabila. Dans le secteur économique, tout aussi convoité, Cach obtient finalement, selon Rfi, les ministères du Budget et de l’Économie, tandis que le FCC conserve la main sur les très stratégiques ministères des Mines et des Finances, un portefeuille que le président Tshiskedi a tenté jusqu’au bout de conserver.

De son côté, L’Avenir titre : « CACH-FCC doit proposer 3 ou 4 noms par poste ». Le tabloïd qui s’en tient aux nouvelles proches de l’hôtel du fleuve, siège provisoire du Premier ministre. Et là, l’on est préoccupé par l’idée que les rares personnes qui seront choisies, devraient refléter l’idée du changement voulu non seulement par le peuple d’abord mais aussi par le Président de la République.

À propos de cette équipe Ilunga Ilunkamba, ACTUALITE.CD écrit : « La VSV dénonce la constitution d’un gouvernement susceptible de « saigner » le trésor public ». Selon cette Ong de la défense des droits de l’homme, ce gouvernement ne répond pas aux intérêts et aspiration de la population et coutera beaucoup d’argent à l’Etat congolais au regard du nombre des postes ministériels prévus.

La même inquiétude est reprise par radiookapi.net et cette fois-là avec l’ASADHO qui estime que « la taille du futur gouvernement risque d’affecter le budget de l’Etat ».

Autres sujets, Le Potentiel titre : « Au terme de la réunion de Lubumbashi LAMUKA confirme son ancrage dans l’opposition ». Le tabloïd rapporte qu’à Lubumbashi, LAMUKA a « réaffirmé sa victoire aux élections du 30 décembre 2018 », tout en dénonçant « la fabrication des résultats tels qu’annoncés par la CENI et entérinés par la Cour Constitutionnelle ». Tous les membres du Présidium ont « réaffirmé leur engagement à œuvrer dans la franche collaboration et la cohésion au sein de la plateforme afin de poursuivre la noble lutte. A cet effet, chacun des leaders s’emploiera à exhorter les collaborateurs et militants de son parti et regroupement politiques à demeurer unis, disciplinés, vigilants et mobilisés pour déraciner les antivaleurs qui handicapent le progrès de la société congolaise ».

« LAMUKA : Moïse Katumbi passe officiellement le relais à Jean-Pierre Bemba », écrit 7sur7.cd. L’on note quele président du Mouvement de Libération du Congo, « MLC », Jean-Pierre Bemba Gombo est officiellement le nouveau coordonnateur de la coalition politique LAMUKA.  Il remplace à ce poste l’ancien gouverneur de l’ex province du Katanga et président de la plateforme Ensemble pour le Changement, Moïse Katumbi Chapwe. 

« Le CLC appelle à la démission des juges de la Cour constitutionnelle », rapportent Le Potentiel et Forum des As. La réhabilitation de la Haute cour étant une priorité, la structure des laïcs catholiques souligne qu’il y a urgence. Le Comité laïc de coordination (CLC), demande à Benoît Lwamba, président de la Cour constitutionnelle, de rendre le tablier. A la fois comme numéro 1 et membre de cette haute juridiction. Dans une correspondance à lui adressée en date du 29 juillet, avec ampliation au Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, cette structure laïque proche de l’Eglise catholique, note que leur requête concerne également tous les juges et magistrats de la Haute Cour. Le CLC motive sa requête par la saga spontanée observée à Kinshasa, à la suite des arrêts de la Cour constitutionnelle relatifs aux contentieux électoraux des législatives nationales du 30 décembre dernier. Des verdicts rendus respectivement le 11 juin et le 4 juillet derniers, n’ont pas préservé la paix sociale.

Par ailleurs, le CLC considère le fait pour le juge constitutionnel des litiges électoraux, de revenir sur son arrêt du 11 juin, invalidant une trentaine de députés nationaux et de sénateurs de l’Opposition, comme un aveu de soupçons de corruption des juges de cette juridiction. Brandissant le principe sacro-saint d' »inattaquabilité » des décisions de la Cour constitutionnelle consacré dans l’article 168 de la Loi suprême du 18 février 2006, le CLC note que cette dernière a délibérément violé la Constitution, pour avoir rendu le 4 juillet, un deuxième arrêt subséquent, sous-prétexte de corriger les erreurs matérielles contenues dans sa décision du 11 juin…

 « Ebola: dans l’Est de la RDC, un nouveau cas à Goma, les enfants en 1ère ligne », note Rfi.fr. Le site rapporte qu’un deuxième cas d’Ebola a été détecté à Goma, la capitale du Nord Kivu, qui compte 2 millions d’habitants. La ville a connu il y a 16 jours le premier cas avéré de la maladie qui a déjà fait dans cette province et en Ituri 1790 morts. De son côté, l’Unicef s’inquiète du nombre d’enfants touchés par cette épidémie. Sur les presque 2700 malades répertoriés à ce jour, plus de 25% sont des mineurs.

Entretemps, ACTUALITE.CD relaie les assurances aux autorités congolaises à la population et les pays voisins après l’apparition d’un deuxième cas à Goma. Le gouverneur de la province du Nord-Kivu, Carly Nzanzu Kasvita et le secrétaire technique du comité multisectoriel de lutte contre la maladie à Virus Ebola, Professeur Jean-Jacques Muyembe tranquillisent. Ils indiquent que les équipes de la riposte sont à pied d’œuvre pour mener toutes les actions de santé publique autour du cas. La population est ainsi appelée à collaborer pleinement avec ces équipes.

Pitshou MULUMBA