Nord-Kivu : Le Gouverneur Carly Nzanzu en quête des solutions pour lutter contre l’insécurité à Nyiragongo

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nyiragongo reste l’un des territoires de la province du Nord-Kivu où la situation sécuritaire va de mal en pis. Elle est caractérisée par des attaques à mains armées dans les domiciles de la population, les tueries ciblées, le vol, le viol, le kidnapping et tant d’autres maux.

Melis BOASI, Correspondant à Goma.

Beaucoup de problèmes sont cependant, à la base de cette insécurité grandissante dans le territoire de Nyiragongo. Notamment,  les conflits coutumier et foncier ; les conflits des communautés ; le conflit à la tête du Conseil territorial de la jeunesse ;… A cela s’ajoute, un effectif réduit des éléments de la Police nationale congolaise.

C’est dans ce contexte que le Gouverneur de la province du Nord-Kivu, Carly Nzanzu Kasivita, accompagné de son adjoint et du ministre provincial de l’Intérieur, a  échanger avec les leaders politiques et les forces vives de ce territoire afin de mettre fin à cette situation.

C’était un échange à bâton rompu, un cadre qui a été organisé par le Gouverneur de province qui a fait le déplacement de Nyiragongo, – plus précisément à Buhene- en provenance de Goma, pour écouter la population de cette entité sur l’ensemble de problèmes qui persistent dans cette partie du Nord-Kivu.

Dans son allocution, Carly Nzanzu Kasivita a appelé la population de Nyiragongo à la cohabitation pacifique, en dépit de tout ce qui caractérise leur quotidien. « Je suis venu aujourd’hui vous parler pour qu’ensemble nous proposions des pistes de solutions qui vont conduire à une paix durable dans notre province et précisément à Nyiragongo », a fait savoir le Gouverneur du Nord-Kivu.

Accordant la parole aux forces vives de ce territoire, ces dernières ont énuméré quelques causes de cette insécurité dans ce territoire voisin au quartier Majengo, l’un des quartiers de Goma, chef-lieu de la Province.

« Comment voulez-vous que les policiers puissent être comptés au bout des doigts dans notre territoire, alors que presque la majorité des groupes armés qui œuvrent dans d’autres territoires de la province trouvent leur refuge ici à Nyiragongo. Il y a des jeunes qui ont des armes dans leurs domiciles, qu’ils ont eu ici et là.  La situation socioéconomique du pays étant critique, comment voulez-vous que Nyiragongo soit en paix? Il faut un grand travail de la part des forces de l’ordre pour traquer ces bandits qui sont cachés dans nos maisons, sous la protection de certains leaders de la place », a dénoncé un habitant de la place.

Nyiragongo, une situation très complexe

Une vue du territoire de Nyiragongo

Déjà le Gouvernement provincial, sous Julien Paluku, n’avait pas pu mette fin à ce problème épineux lié à la succession coutumière dans la Chefferie de Bukumu, la  chefferie de Nyiragongo qui comprend 7 groupements. Une crise qui a conduit à des tueries entre population, chaque camp défendant la légitimité et la légalité du Chef coutumier « ayant droit ».

La dernière décision de la Justice congolaise invalidant Lebon Bakungu Bazima, alors que coopté au titre de Chef coutumier par la Commission électorale nationale indépendante comme député provincial, en est un exemple qui peint ce tableau sombre sur la succession coutumière dans ce coin de la RDC. Selon la justice congolaise, Lebon Bakungu aurait été coopté sans assumer officiellement les fonctions du Chef coutumier dans le territoire de Nyiragongo, lui qui dit avoir des documents officiels de Kinshasa.

Certaines  sources renseignent qu’il n’y aurait jamais eu remise et reprise entre Lebon Bakungu et son prédécesseur. C’est cela, la pomme de discorde dans la chefferie de Bukumu. Il a donc été remplacé à l’Assemblée provinciale par Deo Makombe qui est le chef coutumier du Groupement Buhumba, l’un de 7 groupements de la Chefferie de Bakumu. Cette situation explique dans le fond, une vraie saga politico-administrative à Nyiragongo qui est parmi les raisons principales des conflits communautaires dans ce territoire conduisant à l’insécurité.

Entre Pouvoir politique et coutumier

Prenant la parole en termes de recommandations, un autre habitant de la place a appelé le Gouverneur de la Province à remettre le plein pouvoir entre les mains de l’État. « Ici à Nyiragongo, l’Administrateur du territoire n’a pas de pouvoir. Il y a de ces chefs de groupements qui donnent des ordres contredisant le pouvoir de l’Autorité territoriale. Ce dernier semble être une étiquette et c’est un problème complexe. Que le Gouverneur règle ce conflit de compétence entre le pouvoir politique et coutumier à Nyiragongo en restaurant l’autorité de l’Etat », a estimé cet habitant présent à cette rencontre.

Pour sa part, l’actuel président du Conseil territorial de la Jeunesse de Nyiragongo, Faustin Nzabayo, loue cette démarche entreprise par l’autorité provinciale de s’approcher de la base pour s’imprégner de toutes les réalités du terrain. « C’était notre attente depuis longtemps et c’est un ouf de soulagement pour les jeunes. Nous avons profité de l’occasion pour présenter un mémorandum au Gouverneur reprenant les vraies causes de l’insécurité et d’autres conflits à Nyiragongo ainsi que des pistes des solutions. Nous souhaitons sa mise en application pour nous sortir de cette crise », a souhaité Faustin Nzabayo.

Après avoir écouté les uns et les autres, le Gouverneur Carly Nzanzu Kasivita a indiqué à la population de Nyiragongo que, toutes les recommandations seront prises en compte pour des solutions définitives face à tous ces problèmes afin d’améliorer les conditions de vie des habitants de Nyiragongo. A lui d’ajouter, « le Gouvernement ne nomme pas un Chef Coutumier mais le confirme ». A cet effet, il a annoncé la création d’une commission spéciale pour enquêter sur toutes ces questions.

Olivier Kakoti, élu provincial de la circonscription de Nyiragongo présent à ce rendez-vous promet de suivre de près les recommandations issues de cet échange pour une stricte application.

Le Gouverneur de province a également profité de l’occasion pour sensibiliser tout Nyiragongo sur la maladie à virus Ebola qui sévit dans la province, en insistant sur le respect strict des mesures sanitaires pour éviter sa propagation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *