REVUE DE PRESSE DU JEUDI 8 AOÛT 2019

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Gouvernement : enfantement dans la douleur », titre Le Potentiel. L’on note qu’investi depuis le 24 janvier 2019, le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, travaille encore à la confection de son premier gouvernement que dirigera le professeur Sylvestre Ilunga Ilunkamba, nommé à ce poste le 20 mai 2019. Le FCC et le CACH s’étant désormais mis d’accord sur la répartition des postes, le Premier ministre a reçu le go pour engager des négociations entre différentes parties à la coalition au pouvoir. Hier mercredi, le chef du gouvernement a posé le principe pour prétendre à un poste dans son gouvernement, avec la promesse de tout boucler ce week-end.

Dans un autre registre, Le Potentiel souligne le « cinglant démenti de l’AFDC-A sur une probable rencontre Kabila – Bahati ». Aucune rencontre de réconciliation n’est prévue entre l’autorité morale de l’AFDC-A, et le patron du FCC. Contrairement à une correspondance lui attribuée et largement relayée sur les réseaux sociaux, Modeste Bahati dément avoir engagé une telle démarche.

« Formation du Gouvernement Ilunkamba impose dix conditions aux Ministrables », écrit L’Avenir. Le portrait-robot de ces oiseaux rares doit répondre aux critères suivants: 1. Ne pas faire l’objet de condamnations judiciaires fermes en RDC ou à l’étranger 2. Adhérer au Code de bonne conduite du gouvernement de la République 3. Compétence, intégrité, capacité de travailler en équipe 4. Doser anciennes et nouvelles figures et générations montantes 5. Veiller à la représentativité significative du Genre 6. Veiller à l’équilibre géopolitique 7. Envoyer un signal positif aux personnes vivant avec handicap 8. Capacité à travailler sous l’autorité du Premier ministre 9. Signer un contrat de performance entre le ministre titulaire et le Premier ministre 10. Présenter trois candidats par poste ministériel, par ordre de préférence avec CV.

Et partant de ce critérium, mediacongo.net écrit : « Gouvernement Ilunga : Diongo, Muyambo et Diomi non partants ». Ces alliés du CACH qui ont déjà fait objet d’une condamnation judiciaire dans le pays avant de bénéficier de la grâce présidentielle, sont hors-jeu. « Gouvernement Ilunkamba : Voici le critérium », reprend Forum des As. Le quotidien revient sur les propos du Premier ministre lors du 1er jour des consultations hier : « L’objectif est de doter le pays d’un Exécutif qui puisse contribuer à l’amélioration des conditions de vie des Congolais ». L’on note, par ailleurs, dans un autre titre du même journal que « devant refléter la majorité parlementaire FCC-CACH le « bateau » ilunkamba n’a pas vocation à embarquer tout le monde ». Et pourtant, les différents groupes de demandeurs semblent manifestement ignorer le contexte politique du pays donnant naissance au futur Exécutif.

Pour sa part, La Prospérité annonce : « Remise de la mouture de 65 «Ministrables». Gouvernement : Sylvestre Ilunga chez Félix Tshisekedi mardi prochain ! » En fait, à tout prendre, Ilunga Ilunkamba voudrait que cette phase des consultations soit la plus courte possible, car le Peuple congolais a déjà attendu trop longtemps ce Gouvernement écrit le journal.

Actualité parlementaire, « Assemblée nationale : Jeanine Mabunda se penche sur la libéralisation du secteur des assurances », rapporte Le Potentiel. Le journal note qu’une étape importante a été franchie dans la libéralisation du secteur des assurances en RDC. L’Autorité de régulation et contrôle des assurances (ARCA) évoque l’agrément de plusieurs sociétés d’assurances à côté de la Sonas. Alain Kanyinda, dg a.i. de l’ARCA, en a fait le point avec la présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda.

À ce sujet, L’Avenir titre : « Au regard de la Loi de 2015, J. Mabunda pour un marché congolais des assurances adapté aux revenus des populations ». L’on note de l’entretien entre la speaker de la Chambre basse du Parlement et Directeur général ad intérim de l’Autorité de régulation et contrôle des assurances (ARCA), qu’il était question d’évaluer les actions menées depuis l’adoption de la Loi sur la libéralisation du secteur des assurances en 2015 et sa promulgation la même année par le Président de la République.

ACTUALITE.CD annonce : « Un groupe de 31 députés nationaux invalidés en marche de protestation ce vendredi ». Ces 31 recalés par la haute cour qui se considèrent comme des « omis » de la liste définitive des 500 députés nationaux ont saisi, ce mercredi 7 août, le gouverneur de Kinshasa pour demander l’encadrement, par la police, de leur marche. Ils prévoient de lire une pétition sans réponse adressée au président Félix Tshisekedi mais aussi, selon leur propos, prévenir les autorités d’éventuels troubles suite aux arrêts de la Cour constitutionnelle.

Autre sujet, radiookapi.net rapporte : « Université de Kinshasa : les professeurs déclenchent une grève sèche ». Et ce jusqu’à ce que le gouvernement réponde positivement à tous leurs doléances notamment le remboursement du trop-perçu.

Pitshou MULUMBA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *