Intégration au Comesa : le projet d’appui à la DGDA, à l’OCC et OPEC exécuté à 90%

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’intégration de la RDC au Comesa poursuit son bonhomme de chemin grâce à l’accompagnement de l’Union européenne, à travers la COFED. Ce pays prend le train de l’intégration régionale en s’alignant sur une série d’instruments d’harmonisation pour être compétitif au niveau régional et international. Le bilan du projet est flatteur, à deux mois de la fin de son exécution.

Olivier Dioso

Le comité de pilotage du projet de mise en œuvre de l’intégration régionale de la République démocratique du Congo dans le Marché commun de l’Afrique orientale et australe (Comesa) a approuvé le rapport d’activités de ce projet qui vient en appui à l’Office congolais de contrôle (OCC), à la Direction générale des douanes et accises (DGDA) et à l’Office de promotion des petites et moyennes entreprises (OPEC).

Présenté vendredi 30 août dernier par le chargé de programme à la Cellule d’appui à l’ordonnateur national du Fonds européen de développement (COFED) et chef de ce projet, Apollinaire Kiakesidi, ce rapport fait état d’un taux de réalisation de plus ou mois 90%. Et cela à deux mois de la fin du projet. Et il était aussi temps d’évaluer le progrès réalisé dans la mise en œuvre par le projet par l’organisation d’un deuxième comité de pilotage. 

« Toutes les activités prévues ont été menées et le peu d’activités non réalisées ont fait l’objet d’un examen », a-t-il fait valoir. Avant de faire remarquer qu’« il sera procédé, dans les jours à venir, à un réaménagement du budget du projet, de manière à ce que l’argent soit affecté à d’autres activités prioritaires ».

Il a reconnu qu’il n’y a plus assez d’argent qui reste. « Toutefois, comme notre objectif est de réaliser les 100% de prévisions budgétaires, nous allons affecter cet argent à d’autres activités prioritaires. Notamment la création d’un site Web de l’OPEC où seront exposées les chaussures produites par les artisans potiers de Kinshasa », a indiqué Apollinaire Kiakesidi.

Les appuis apportés à ces trois établissements publics essaient de contribuer à « aider la RDC à mener des réformes nécessaires qui lui permettront d’accéder à la zone de libre échange du Comesa », a fait savoir le chef de ce projet.

Cette présentation du rapport d’exécution technique et financière des projets en cours de mise en œuvre a concerné les 7ème Appel et 8ème Appel à soumission des Facilités d’ajustement du COMESA/Mécanismes d’appui à l’intégration régionale (FAC/MAIR) d’un montant respectivement de 480 720 euros et d’environ 660 000 euros.

Appuis à l’OCC

En termes de cibles, des opérateurs économiques et managers de Bureau d’information commerciale ainsi que des agents de l’OCC et de la DGDA ont été formés à Kinshasa et dans les provinces. Ils ont également vu leurs capacités renforcées. Des ateliers de sensibilisation ont été organisés en mettant en contact les PME et les grandes entreprises de manière à développer un partenariat d’affaires. « Au total, 170 personnes, opérateurs économiques et agents de l’OCC ont été formés aux normes sur la sécurité des aliments », a signalé Apollinaire Kiakesidi.

Pour le 7ème appel, a été question d’un projet qui comprend trois composantes. La première a concerne les appuis à l’OCC pour permettre à cet établissement public de répondre aux normes sur la qualité. Il s’est agi là de l’appui sur l’infrastructure Qualité. La deuxième composante a porté sur le ministère du Commerce pour l’appuyer dans la mise en œuvre effective du régime commercial simplifié. Quant à la troisième composante, elle a apporté un appui à la Direction générale des douanes et accises (DGDA) dans le cadre de la mise en œuvre de l’intégration régionale Comesa.

S’agissant du volet OCC, trois activités ont été prévues. Il a été question premièrement de l’atelier de sensibilisation au système de gestion de la sécurité des aliments; deuxièmement, de la mise en œuvre de formations sur la gestion de la sécurité des aliments; et troisièmement de la formation à certaines normes ISO, une activité supprimée « parce que le marché pour le recrutement des prestataires n’était pas fructueux », a signalé le chargé de programme à la COFED.

Pour le troisième volet, il s’est agi du renforcement des capacités du personnel de la DGDA afin d’accélérer la mise en œuvre des engagements liés à l’intégration économique régionale. Pour cela, trois activités étaient prévues. Il était question d’acquérir et de distribuer le manuel de procédures sur les règles d’origine du Comesa ; d’acquérir des logiciels et du matériel informatique pour le traitement des données statistiques relatives aux échanges dans le cadre de la mise en œuvre de la zone de libre échange du Comesa ; de former les agents de la DGDA et d’organiser des ateliers de sensibilisation des opérateurs économiques.

À noter que la RDC doit saisir les opportunités qui s’offrent à elle pour entreprendre les échanges commerciaux avec les différents pays du continent. Cela de par sa position au cœur  de l’Afrique avec ses neuf frontières, son potentiel hydroélectrique et ses différentes ressources halieutiques, du sol et du sous-sol.

Aussi ce pays est-il appelé à « prendre le train de l’intégration régionale en s’alignant sur une série d’instruments d’harmonisation pour être compétitif aux niveaux régional et international », a souligné le comité de pilotage. Qui a noté que certaines de réformes engagées bénéficient de l’appui de l’Union européenne à travers le Comesa. Outre le renforcement de l’infrastructure Qualité de l’OCC, il s’est agi aussi de la mise en place du Régime commercial simplifié (Recos) pour alléger le coût des taxes douanières de petits commerçants, une activité qui a totalement été menée dans toutes les villes prévues (Kasumbalesa, Bunia, Ishasa, Mahagi). Sans oublier l’adhésion à la zone de libre échange du Comesa et le développement de certaines filières, notamment celle du cuir pour laquelle le ministre sortant des Petites et moyennes entreprises (PME) a procédé au lancement officiel des activités de l’incubateur pilote des PME de cette filière à Kinshasa en octobre 2018.