Nord-Kivu : « Réussir le volet social », un défi que le Programme quinquennal de Carly Nzanzu tient à relever

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Présenté et adopté, mercredi 4 septembre 2019 à l’Assemblée provinciale, le Programme du Gouvernement Carly Nzanzu Kasivita comprenant cinq piliers. Le social, l’économie et la politique sont les volets pris en compte dans ce programme qui guidera la vision du nouveau Gouverneur du Nord-Kivu jusqu’en 2023. Il sera appliqué dans tous les six territoires de la Province du Nord-Kivu.

Melis BOASI, Correspondant à Goma

Les députés provinciaux du Nord-Kivu, réunis en session extraordinaire ouverte depuis le lundi 2 septembre, ont adopté le Programme quinquennal présenté ce mercredi 04 septembre par le gouverneur Carly Nzanzu Kasivita.

« Le Nord-Kivu fait face aujourd’hui au climat permanent d’insécurité et de fracture sociale ; l’activisme des groupes armés ; la faiblesse de l’autorité de l’État ; la méfiance sociale ; l’insécurité alimentaire ; la carence d’emploi ; le chômage ; l’exode rural des jeunes ; les maladies endémiques et épidémiques comme Ebola ; les tracasseries policières ; les conflits fonciers et coutumiers ; l’enclavement des routes des dessertes agricoles et l’accès difficile aux services sociaux. Raison pour laquelle, nous avons axé notre programme sur des pistes des solutions liées à ces problèmes afin que la population du Nord-Kivu se retrouve dans notre Gouvernance », a déclaré Carly Nzanzu Kasivita dans son discours devant les élus provinciaux du Nord-Kivu.

« Une oasis de paix »

Pour le chef de l’Exécutif provincial, l’objectif de son équipe gouvernementale est de faire du Nord-Kivu, « une province prospère, une oasis de paix où toutes les communautés cohabiteront sans problème ».

Le programme ambitieux du gouvernement Kasivita est basé sur cinq piliers. A savoir :

– Le renforcement de la Gouvernance et de l’autorité de l’État, la consolidation de la paix et la cohésion sociale et l’accès à la justice;

– La Relance, la diversification, la transformation de l’économie et la création d’emploi;

– La Reconstruction et le développement des infrastructures modernes et intégrées ;

– Le Développement social pour l’accès équitable aux services sociaux de Base, l’amélioration des conditions de vie et la valorisation des Ressources Humaines;

– La Protection de l’environnement, aménagement du territoire et le développement durable et équilibré.

Mobilisation des ressources

Pour matérialiser rapidement son programme quinquennal, Carly Nzanzu Kasivita compte sur le renforcement de la sécurité des personnes et de leurs biens ainsi que le respect des droits humains. En outre, il entend user d’une approche dans le domaine de l’agriculture, des mines, de la forêt, de l’entrepreneuriat, tout en diversifiant l’économie.

« Nous allons aussi lutter contre l’exploitation illégale des minerais et appuyer les exploitants miniers en les poussant à s’organiser en coopérative minière pour booster l’économie de la province, ce qui nous permettra à matérialiser notre programme. Les gens doivent apprendre aussi que, seul le secteur minier ne peut pas faire développer le Nord-Kivu. D’où, la diversification de l’économie s’avère très utile à ce jour », a affirmé Carly Nzanzu.

Le numéro un de l’exécutif provincial du Nord-Kivu a indiqué qu’il usera de plusieurs sources de financement pour parvenir à la matérialisation de son programme. « Nous allons utiliser les recettes venant de la rétrocession à la province ; le crédit d’investissement alloué par le pouvoir central ; le fond spécial de la création et d’engagement des zones de finances et les apports des partenaires techniques et financiers comme moyens de mobilisation des fonds de ce programme quinquennal que nous vous soumettons aujourd’hui avec la stricte application des lois de finances », a rassuré Kasivita au élus du peuple.

Près d’1,19 milliard Usd à mobiliser

L’exécution du Programme Kasivita est estimée à près de 1,19 milliard de dollars américains, réparti dans cinq piliers prioritaires. Les 10% de ce coût global soit 177,422 millions Usd seront attribués au premier pilier lié au renforcement de la gouvernance et de l’autorité de l’État, la consolidation de la paix et la cohésion sociale ainsi que l’accès à la justice ; 29% soit 294,232 millions Usd seront alloués au 2ème pilier ; 23% soit 238,465 millions Usd seront affectés au pilier 3 ; 13% soit 135 643 468 Usd pour le 4ème pilier; et enfin, 17% de ce coût global soit 172 807 734 Usd seront consacrés au 5ème pilier dédié à la protection de l’environnement, aménagement du territoire et développement durable et équilibré.

Il sied de noter que le programme quinquennal provincial met un accent particulier sur le partenariat public-privé, alors que plusieurs entreprises publiques font face à une concurrence des privés. À cette question, le numéro de l’exécutif provincial considère que c’est une situation logique aujourd’hui. Car selon lui, « le développement ne viendra pas du seul secteur public ».

Actuellement au Nord-Kivu, Des entreprises publiques comme la Société nationale d’électricité (Snel) et la Regideso font face à d’autres entreprises privées qui œuvrent dans le même secteur, source de certaines marches organisées par ces entreprises publiques. Le Gouverneur du Nord-Kivu, a fait savoir que les privés devraient aussi avoir leur espace pour répondre aux besoins de la société avec « un bon partenariat avec les services étatiques ».

« L’État ne saura jamais répondre aux besoins de chômage de tout le monde dans une province », a-t-il fait remarquer, avant d’appeler à un partenariat public-privé pour, dit-il, « réussir le volet social » qui est la nature même de son programme.

Après échange et débat, ce programme quinquennal de Carly Nzanzu Kasivita a été adopté par 38 députés provinciaux sur les 48 que compte l’Organe délibérant du Nord-Kivu. Cinq députés ont voté contre et cinq autres se sont absentés.

Un programme ambitieux qui devra être réalisé dans un contexte sécuritaire complexe au Nord-Kivu. Les députés provinciaux représentants les 6 territoires de la province, promettent de faire des évaluations de chaque ministre qui participera à la matérialisation de ce programme.