Sans surprise, l’Assemblée nationale investit le premier gouvernement de l’ère Félix Tshisekedi

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En réponse aux critiques sur le contenu du programme de son gouvernement jugé «très ambitieux et imprécis», le Premier ministre assure que le budget de l’Etat va déterminer chaque action, le coût et les lieux d’exécution du programme présenté.

Pitshou Mulumba

Le programme de l’équipe gouvernementale dirigée par le Premier ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, a été adopté, le vendredi 6 septembre, par 375 voix et quatre abstentions sur 500 députés nationaux. Cela, en l’absence de l’Opposition qui a boycotté la cérémonie d’investiture.

Auparavant, le Premier ministre a répondu aux critiques formulées par plusieurs députés sur le contenu de son programme, lors de sa présentation mardi dernier. Un programme qui, à en croire certains députés, est « très ambitieux », et surtout, « imprécis », ne comportant « ni chiffres, ni chronogramme, ni mécanismes de financement ».

A cette préoccupation, le Premier ministre a assuré que le budget de l’Etat va déterminer chaque action, son chronogramme ainsi que son coût et le lieu d’exécution. « Le programme qui vous a été décliné n’est pas parfait. Il a au moins l’ambition de faire renaître, dans le cœur de chaque Congolais, une nouvelle conscience et une nouvelle espérance », a déclaré Sylvestre Ilunga. Avant d’annoncer la mise sur pied «d’un plan d’action pluriannuel comprenant un cadre des dépenses à moyen terme », et assorties de budgets, de calendriers et d’indicateurs de réussite.

Pour le chef de l’Exécutif, son programme est «une vision de redressement de la RDC, coulée en formes de déclarations de politique générale».

Pour rappel, l’investiture du gouvernement Ilunga Ilunkamba s’est déroulée sans l’Opposition politique. Celle-ci a boycotté la séance plénière. Et pour cause. Elle reproche au Bureau de l’Assemblée nationale d’avoir, entre autres, violé le règlement intérieur, lors de la présentation du programme du gouvernement.

Selon l’Opposition politique, le document présenté par le Premier ministre lors de la présentation de son programme n’était pas celui qui a été distribué quarante-huit heures plus tôt aux députés, avant la séance plénière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *