Félix Tsisekedi enchaîne des promesses pour donner du sens au slogan « le peuple d’abord »

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ces dernières semaines, le président de la République a fait plusieurs promesses essentiellement d’ordre social  et économique. De l’effectivité de la gratuité à la création d’un fonds pour les jeunes entrepreneurs en passant par la mise en œuvre de l’agence de régulation du secteur énergétique afin de booster les investissements dans le secteur et accélérer l’électrification du pays, le chef de l’Etat commence à donner du sens au slogan « le peuple d’abord ».

Amédée Mwarabu

La demande sociale est si forte en République démocratique du Congo que les dirigeants actuels ne pourront certainement pas échapper  à la sanction populaire si leur gouvernance n’est pas à la hauteur des attentes. Aucun membre du gouvernement ne pourra échapper à la vigilance des Congolais qui ne jurent que par un changement total dans la gestion de la res publica.

Dans le viseur du peuple se trouve en premier le président de la République qui est le garant de la nation et du bon fonctionnement des institutions. Félix Tshisekedi a été élu pour incarner le changement. Mieux, il doit être l’artisan de la rupture d’avec les antivaleurs du passée.  Dès lors, le chef de l’Etat devra veiller à ce que toutes les institutions s’inscrivent dans sa vision, « le peuple d’abord ».

Durant les 18 dernières années,  les besoins du peuple congolais étaient le cadet de l’ancien régime. Pire, quand le peuple manifestait  pour revendiquer ses droits, il était tout simplement bâillonné. Dès lors, l’élection de l’actuel chef de l’Etat reste un acquis démocratique sur lequel le peuple se base pour revendiquer une gouvernance qui répond d’abord aux besoins de la population.

En effet, en République démocratique du Congo, tous les indicateurs sociaux sont dans le rouge.  Le pays connait un chômage de masse. Un faible pouvoir d’achat de la majorité des Congolais, soit 468 dollars américains par habitant et par an. Le taux d’électrification n’est que de 9%. Le taux de desserte en eau potable est autour de 26%. Plus de 14 millions de congolais sont dans l’insécurité alimentaire.

Ce tableau sombre ne peut qu’interpeller tout dirigeant soucieux de ses administrés. Le président de la République a compris qu’il faut cette fois-ci que les institutions de la République s’occupent des besoins de base des Congolais. Est-ce c’est dans ce sens qu’il enchaine les grandes annonces devant avoir un impact sur le social de la population.

Ainsi, plusieurs annonces ont été faites depuis quelques semaines. La plus récente est cette mesure arrêtée par le gouvernement, le mardi 11 septembre, de débloquer, dès ce mois de septembre 2019, des fonds nécessaires pour l’effectivité de la gratuité de l’enseignement de base. Cette mesure de la gratuité de l’enseignement a un impacte certain dans des milliers de familles où les enfants étudient dans les écoles publiques.

Alors qu’il participait au forum sur l’entreprenariat à Abuja au Nigeria le mois passé, Félix Tshisekedi a annoncé la création d’un fonds de soutien des jeunes entrepreneurs.  Lors de l’atelier de validation du Plan national numérique de la RDC, tenu du 3 au 5 septembre à Kinshasa, le président de la République a exprimé sa ferme volonté de mettre en place des mécanismes nécessaires pour l’effectivité de ce projet. Dans sa vision, il estime que le numérique pourra accélérer le développement et améliorer rapidement les conditions de vie des populations.

Les 10 et 11 septembre, alors qu’il participe à Brazzaville au Forum Investir en Afrique, Félix Tshisekedi a encore fait des grandes annonces. Il entend augmenter sensiblement le budget destiné à l’éducation. Ainsi, l’enveloppe de l’éducation nationale va passer de 8% à 20%. C’est une décision majeure et qui concourent à la promotion de la scolarité en RDC. Tout aussi, le chef de l’Etat a promis de financement dans l’agro-industrie afin de créer des emplois et résorber le chômage. 

Au cours de ce même forum, le président de la république a annoncé la mise en œuvre effective de l’Autorité de régulation de l’énergie et de l’Agence de l’électrification rurale. Ces deux structures sont nécessaires pour attirer les investissements privés dans le secteur de l’énergie dont la RDC a tant besoin.

« Tous les projets publics et privés en rapport avec la production, le transport ou la commercialisation de l’électricité font l’objet d’un suivi attentif en vue de leurs réalisations dans les meilleurs délais. J’ai présidé à cet égard le 1er forum national sur l’électricité en août dernier dans la ville de Matadi dans le but de mobiliser toutes les parties prenantes pour l’accès. Je procéderai dans un proche à venir à la mise en place effective de l’autorité de régulation de l’énergie ainsi que de l’agence de l’électrification rurale afin d’accélérer la transformation du secteur de l’électricité rendue possible depuis sa libéralisation en 2014 », a dit Félix Tshisekedi dans son discours.

L’enjeu est de promouvoir les investissements dans le secteur énergétique afin d’accroitre le taux d’électrification qui est un paramètre déterminant pour le développement et l’amélioration des conditions de vie des populations.

Toutes ces promesses du président de la République sont pour répondre aux besoins de la population qui ne cesse de lui rappeler à chaque occasion, « le peuple d’abord ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *