Matérialisation

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le premier gouvernement de l’ère Félix Tshisekedi n’a pas droit au repos. Surtout, quand on sait que la République est restée pendant plus de six mois sans gouvernement. Face à cette situation, il n’y a plus de temps à perdre. Bien au contraire, le nouveau gouvernement doit mettre le pied sur l’accélérateur en vue de récupérer le temps perdu.

 Tout le monde attend la matérialisation du programme gouvernemental qui nécessite des moyens financiers conséquents. D’où l’importance d’avoir une boussole qui se trouve être le budget de l’Etat. Au regard des défis à relever dans tous les secteurs de la vie nationale, la RDC a besoin d’un budget estimé à plusieurs milliards de dollars américains, afin de faire face aux promesses de campagne du chef de l’Etat.

Restaurer l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire national et assurer la gratuité de l’éducation de base figurent au nombre des chantiers exigeant d’importants moyens pour les finaliser. Pour l’exercice 2019, le Parlement avait alloué 8% du budget national à l’éducation. Combien va-t-on accorder à ce secteur vital en 2020 ? La balle est dans le camp des députés attendus à l’hémicycle pour la session ordinaire de septembre dès la semaine prochaine.

Au-delà du débat qui sera engagé autour du budget de l’Etat pour l’exercice 2020, le gouvernement doit jouer sa partition. L’Exécutif national a le devoir de mobiliser des recettes et les utiliser à bon escient. Agir autrement serait contreproductif et conduirait le pays à la dérive. C’est ici que le changement de mentalité prôné par le chef de l’Etat devient un atout majeur pour parvenir à cette fin. L’accroissement de la production et la transparence dans la gestion des finances publiques sont des valeurs à capitaliser absolument.

La population congolaise attend beaucoup du gouvernement Ilunkamba. C’est sur base de ses réalisations sur le terrain qu’il sera jugé. La mobilisation des recettes et la gestion orthodoxe des deniers publics sont autant de pistes à explorer si l’on veut matérialiser le programme du 1er gouvernement post-alternance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *