Première session budgétaire post-alternance à l’Assemblée nationale : l’heure de grands défis

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avec l’investiture du premier gouvernement de l’ère Félix Tshisekedi, c’est une page tournée à l’Assemblée nationale. Et la nouvelle qui devra commencer à partir du 15 septembre est celle de la première session budgétaire.

Pitshou Mulumba

Ce rendez-vous va consacrer le deuxième round de la confrontation entre le gouvernement et la représentation nationale. Mais, cette fois-ci, ce serait pour que l’Exécutif national présente la matérialisation chiffrée de sa politique à travers la loi de finances pour l’exercice 2020. Les défis sont énormes au regard des attentes suscitées surtout avec l’alternance au sommet de l’État.Comme pour dire, la session budgétaire à l’Assemblée nationale, la première de l’ère Félix Tshisekedi, annonce de chaudes empoignades. Le chef de l’État, Félix-Antoine Tshisekedi qui a suscité des espoirs auprès des populations devra, en réalité, procéder à des arbitrages pour que le budget 2020, que doit présenter le gouvernement Ilunga Ilunkamba, traduise sa vision, résumé par ce slogan devenu légendaire : « Le peuple d’abord ».

L’inquiétude est grande, au regard de la tâche qui incombe au premier gouvernement de Félix Tshisekedi à la lecture des indicateurs économiques et financiers fragiles de la RDC présentés par le FMI pour la période allant de 2016 à 2024. De ces indicateurs chiffrés, l’effort programmé sera important. Et face à cette situation, le chef de l’État va mécaniquement devoir choisir entre des options, toutes politiquement douloureuses, entre autres, réduire les dépenses publiques en ce qui concerne le train de vie des institutions.

Les arbitrages de Félix Tshisekedi et de son gouvernement s’annoncent d’autant plus délicats et surtout que le chef de l’État est lié à plusieurs promesses, notamment celle relative à l’augmentation des dépenses de l’éducation de 8 à 20% dans le prochain budget, sans compter le renforcement du système de santé au profit de la population.