Le peuple d’abord

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Cardinal Ambongo Fridolin ne pouvait pas louper un si bon moment de son épiscopat pour plaider le bonheur du peuple congolais. À peine créé Cardinal pour l’église catholique de la République démocratique du Congo, l’archevêque de Kinshasa a appelé les dirigeants à concrétiser le slogan « le peuple d’abord », qui va jalonner ce premier quinquennat de l’actuel chef de l’État issu de l’alternance démocratique pacifique.

Pour la énième fois donc, le nouveau Cardinal de la RDC n’a pas caché sa volonté d’interpeller en permanence les décideurs pour qu’ils puissent s’occuper réellement des besoins multiples des Congolais.

Pour toutes les personnes éprises de justice, la passation de pouvoir intervenue, le 24 janvier 2019, doit marquer le changement de gouvernance de sorte qu’effectivement les dirigeants orientent leurs actions prioritairement vers la concrétisation des attentes du peuple.

Pays immensément riche et béni de Dieu, la RDC a tourné en rond pendant près de six décennies à cause non seulement de la cupidité des exploitants étrangers, mais aussi de l’irresponsabilité de ses propres fils et filles qui ont eu à gérer ce pays continent ces 59 dernières années comme une basse-cour.

Dès lors, l’actuel leadership national a l’impérieuse obligation politique de ne pas louper cette ultime chance qui se présente à lui pour redonner l’espoir et surtout mettre définitivement le géant Congo sur les rails du développement intégral devant profiter aux Congolais.

La RDC est face à son destin qu’elle doit prendre avec courage pour transformer ses potentialités en vraies richesses. Les Congolais doivent vivre dans un avenir proche dans un pays, non pas potentiellement riche, mais riche tout simplement. C’est certainement ce qui va guider le combat du Cardinal Ambongo, le 4ème que la RDC ait connu depuis son indépendance en 1960.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *