RDC: Mise en place d’un plan d’action sécuritaire commun pour traquer les groupes armés (Conseil de sécurité)

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au total cinq Gouverneurs des provinces de l’Est de la République démocratique du Congo ont pris part au Conseil national de sécurité tenu, ce mercredi 9 octobre 2019 à Bukavu, chef-lieu de la province du Sud-Kivu. Le chef de l’Etat Felix Antoine Tshisekedi qui a présidé ce Conseil de sécurité, a instruit aux Gouverneurs de provinces de l’Est d’appliquer un plan d’action sécuritaire commun pour traquer tous les groupes armés nationaux et étrangers encore présents dans la zone

.Melis BOASI, depuis Bukavu

Les discussions ont tourné autour des causes de l’insécurité et des solutions à mettre en application pour que la paix revienne dans les provinces du Nord-Kivu, Sud-Kivu, Ituri, Maniema et Tanganyika où des groupes armés sont encore présents d’une manière active.

D’entrée de jeu, Felix Tshisekedi a rappelé en premier lieu à ces cinq Gouverneurs de provinces présents à Bukavu, les assignations données à tous les gouverneurs du pays, lors de la conférence des gouverneurs tenu au mois de juillet 2019 à Kinshasa où le président de la République avait demandé aux gouverneurs des 26 provinces la RDC de mettre l’Homme congolais au centre de toutes préoccupations, en restaurant la paix et l’autorité de l’État dans les différentes entités que compte le pays

« J’annonce le renforcement des Forces armées de la République démocratique du Congo et de la Police nationale congolaise pour matérialiser mon engagement de faire régner la paix partout au pays. Vous qui me représentez dans vos provinces respectives, vous devez faire accompagner mes idées pour que la paix soit vécue partout au Congo « , a instruit Félix Tshisekedi aux 5 gouverneurs présents qui ont pris part à cette réunion de sécurité.

Nécessité d’un nouveau plan d’action

Déjà dans le passé, plusieurs opérations militaires ont été lancées dans toutes ces provinces mais, la situation sécuritaire semble ne pas évoluer positivement. Raison pour laquelle, après avoir fait un état des lieux sur cette question, il a été proposé un nouveau plan d’action commun comprenant des actions à mettre en oeuvre pour garantir la paix dans les provinces concernées.

Le ministre de la Défense nationale et Anciens combattants, le ministre d’État en charge de la Décentralisation et réformes institutionnelles ainsi que le Vice-premier ministre en charge de l’intérieur, Sécurité et Affaires coutumières qui ont prit part à cette rencontre, ont enrichit ce plan d’action commun qui conduira à la traque des groupes armés au Nord-Kivu, Sud-Kivu, Ituri, Maniema et Tanganyika.

Des recommandations à appliquer

Plusieurs mesures prises constituent des recommandations et assignations issues de cette réunion, que les exécutifs provinciaux devront appliquer dans leurs entités respectives.

« Un plan de démobilisation et désarmement présenté dans le meilleur délai, avec des indications des coûts y afférents des stratégies et schémas de réinsertion et réintégration et des moyens financiers conséquents, seront mis à la disposition des gouverneurs des provinces concernées en vue de rendre efficace la gestion des provinces et l’administration des entités territoriales déconcentrées et décentralisées », a affirmé Aimé Ngoy Mukena, ninistre de la Défense qui a lu le compte rendu de la réunion.

À lui d’ajouter que les moyens conséquents sur le plan logistique sont disponibles pour renforcer l’autorité de l’État

Renforcement de l’appareil judiciaire

La question liée à l’appui de l’appareil judiciaire en équipement et le renforcement des effectifs des magistrats en province en vue de leur permettre de bien réaliser leur mission, a constitué aussi l’un des éléments de discussion lors de ce Conseil de sécurité.

 » Il a été décidé de l’identification des tireurs de ficelle impliqués dans la manipulation des groupes armés pour qu’ils répondent de leurs actes devant la justice. Cette identification doit se faire par les services de renseignement et nous demandons aux différentes communautés de collaborer avec ces services pour couper cette chaine de l’insécurité à l’Est du pays », selon le communiqué final qui sanctionné le Cinseil de sécurité.

Les problèmes spécifiques à certaines entités telle que Beni dans la partie Nord de la province du Nord-Kivu et Minembwe dans les hauts plateaux de fizi, au Sud-kivu, ont été au coeur de cet échange. Les officiers de l’armée congolaise ainsi que de la police ont prit également part à cette reunion.

Le chef de l’État dit attendre la concrétisation des mesures prises et exhorte les gouverneurs des provinces concernées à oeuvrer pour l’intérêt de la population, tout en leur réitérant son soutien.

Théo Ngwabije, gouverneur du Sud-Kivu, Jean Bamanisa de l’ituri, Zoé Kabila de Tanganyika et Augustin Musafiri de Maniema ont pris part à ce Conseil de sécurité. La province du Nord-Kivu a été représentée par Jean-Bisco Sebishimbo , Ministre provincial en charge de l’administration du territoire.

D’autres Conseils de sécurité sont prévus dans les prochains jours, dans d’autres provinces du pays, pour discuter autour des questions sécuritaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *