France: conférence de soutien aux efforts de reconstruction de la RDC

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’association « Congo Fort », une structure proche de l’UDPS, le parti du président Félix Tshisekedi, a organisé à Saint-Denis, dans la région parisienne, le samedi 19 octobre 2019, une conférence sur le thème :  « Ensemble avec les idées constructives pour le Congo « . Une initiative de son coordonateur, Papy Tsho Tshamala.

Papy Tsho Tshamala a d’abord  remercié les invités venus nombreux participer à cette conférence présentée comme une réflexion aux efforts de reconstruction de la RDC, la maison commune des Congolais. Il a ensuite adressé un message de condoléances aux familles éprouvées à la suite du « crash » de l’avion-cargo, Antonov 72, affrété par la présidence, avant de réitérer son soutien à Félix Tshisekedi qui, selon lui,  est l’homme de la situation dans un Congo plongé dans une pauvreté abjecte, malgré ses immenses ressources naturelles. 

Le coordonnateur de « Congo Fort » a rappelé son engagement politique en tant que membre de l’UDPS, son association n’étant qu’une structure au sein de cette grande organisation politique.

« Congo Fort est un courant de réflexion au sein de l’UDPS. Je veux que cela soit clairement dit, répété et compris afin de lever toute équivoque à ma démarche. Je suis et reste membre à part entière et constructif de l’UDPS », a-t-il assuré. Et d’ajouter : « Nous sommes une nouvelle génération de combattants avec pour seul objectif de soutenir les efforts de reconstruction de la RDC. C’est ce que vient de commencer le président Félix Tshisekedi ».

A ceux qui racontent que sa démarche est guidée par ses ambitions pour les années à venir, il a répondu de façon ferme et laconique : « Ai-je de l’ambition ? Oui, car un homme sans ambition est un homme mort ».

RASSEMBLEMENT ET UNITÉ

Pour Papy Tsho Tshamala, le seul orateur du jour, l’heure est au rassemblement et à l’unité pour entreprendre les travaux de reconstruction du pays. Le Congo appartenant à tous les Congolais, il est donc important et nécessaire que tout le monde y participe.

« Chers compatriotes, faisons ce chemin ensemble, émettons nos idées pour relever le défi du développement de la RDC. Malgré nos divergences d’opinion, restons unis. Ne cédons pas aux démons de la division. Ce qui importe, c’est l’avenir du Congo. C’est d’ailleurs dans cette optique que j’ai initié Congo Fort », a-t-il affirmé.

Le coordonnateur de « Congo Fort » a insisté sur les maux qui gangrènent la société congolaise, les antivaleurs qu’il faut combattre, ici et maintenant : la dictature, la corruption, le népotisme, l’injustice, l’impunité, le pillage des ressources naturelles… Il appelle à l’instauration effective d’un Etat de droit, celui fondé sur une culture de célébration des valeurs intrinsèques des hommes et de participation et non celle de l’exclusion qui entraine tant de passions aveugles et de distinctions. 

« Les antivaleurs devenues la norme en RDC doivent être combattues avec force. Il est temps que ces méfaits, qui ont tant causé du mal au pays, cessent avec l’avènement du nouveau régime. L’Etat de droit doit fonctionner réellement. Aujourd’hui, nous sommes humiliés dans le monde. Jadis respecté, le peuple congolais est devenu la risée du monde entier ».

PROPOSITION  D’ IDÉES

Selon Papy Tsho Tshamala, le slogan « Le peuple d’abord » doit être le fil conducteur de la présidence Tshisekedi. Le peuple congolais doit retrouver toute sa place dans les réformes qu’il entend engager pour reconstruire le pays.

« Les actions amorcées par le président Félix Tshisekedi vont dans le bon sens, notamment les travaux de construction de routes. Mon souhait est qu’il aille plus loin dans les réformes. La vie du peuple congolais en dépend. Il faut que celui-ci se retrouve dans tout ce qu’il entreprendra et réalisera », a-t-il souligné.

Dans cette dynamique, il énumère un ensemble d’idées « constructives et réalistes » qu’il veut proposer au président de la République, notamment la suppression de la taxe aéroportuaire « Go-pass », l’instauration de la possibilité de la double nationalité, la création d’une nouvelle ville sur le plateau Bateke pour désengorger la ville de Kinshasa, dont la population a augmenté considérablement ( Plus de 17 millions d’habitants sur une superficie de 9.965 km2) et la fermeture des frontières afin de bien identifier la population congolaise en vue d’un recensement.  

Au cours de cette conférence, plusieurs intervenants ont pris la parole que nous pouvons résumer de la façon suivante:

« Soutien au président Félix Tshisekedi; unité, sécurité et paix afin de bâtir un Congo nouveau au cœur de l’Afrique; rejet des antivaleurs qui sont à la base de la ruine du pays; non à la balkanisation de la RDC ».

A l’instar du mouvement « Résistant Combattant du Kongo » (RCK) présidé par Jean-Martin Sali Bongenge, plusieurs structures de la diaspora étaient venues soutenir la démarche de l’association « Congo Fort ». On peut notamment citer « Echos des Mamans congolaises » (EMC), FOFAT, UNC, FORDC et Soleil solidaire.

Robert Kongo, correspondant en France