Friction

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Entre le garde des sceaux, le FCC Me Tunda ya Kasende et le sémillant ministre des Affaires foncières, le Cach Molendo Sakombi, le torchon brûle.

En cause des interférences intempestives de l’un dans les attributions de l’autre. L’affaire remonte à la rétrocession d’un immeuble occupé par l’ancien gouverneur FCC du Kasaï Oriental, Ngoyi Kasanji à Gombe, à Kinshasa. Dans une correspondance, le ministre de la Justice a invité son collègue à rapporter sa décision autorisant le conservateur des titres immobiliers de Gombe à exécuter une décision judiciaire en cassation d’un arrêt de la Cour d’appel de Kinshasa.

La décision judiciaire du Tribunal de grande instance attribuait la parcelle querellée à Gabriel Mokia, la vente aux enchères ayant été reconnue régulière. Ce que le juge d’appel avait défait. Puis la Cour de cassation a définitivement tranché en réhabilitant l’arrêt du premier juge.

La sortie du ministre de la Justice dans une matière qui ne relève pas de ses compétences étonnent plus d’un. Volonté de nuire à la coalition ou volonté d’interférences gratuites ?

Dans les deux cas, la sortie de Me Tunda ne se justifie nullement. Reste que les décisions de la Cour de cassation sont en dernier ressort. Ce n’est pas au juriste chevronné qu’une telle observation peut être administrée.

Autant dire que la coalition FCC- CACH va mal, très mal. Il faut craindre un clash qui pourrait intervenir à tout moment si les deux leaders à la coalition, à savoir Félix Tshisekedi et Joseph Kabila, ne surmontent pas, au plus vite, leurs divergences.

Il faut en même temps éviter à ce que le pays se replonge dans une crise politique aux conséquences indescriptibles.