Myriam Iragi et Vital Mugisho, lauréats de la « Bourse Ghislaine Dupont et Claude Verlon » 2019

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

France Médias Monde, qui réunit RFI, France 24 et Monte Carlo Doualiya, a respecté la tradition en organisant la cérémonie d’octroi de la ‘‘Bourse Ghislaine Dupont et Claude Verlon’’ dans un pays africain. Pour la 6ème édition, c’est la RDC qui a été choisie. Et cela a eu lieu à Kinshasa où les lauréats ont été proclamés.

En effet, le 2 novembre de chaque année, depuis 2014, la cérémonie d’attribution de cette bourse se tient dans un pays d’Afrique francophone.

Les lauréats de la 6ème édition de la « Bourse Ghislaine Dupont et Claude Verlon » 2019 sont désormais connus. Leurs noms ont été révélés le samedi 2 novembre, lors de la cérémonie de remise des prix dans l’amphithéâtre de Kempinsky Hôtel Fleuve Congo, à Kinshasa en République démocratique du Congo. Il s’agit de la lauréate Myriam Iragi Maroy, 30 ans, journaliste de Radio Top Congo Fm émettant de Kinshasa ; et du lauréat technicien, Vital Mugisho, 26 ans, de Radio Star de Bukavu dans le Sud-Kivu.

Les deux lauréats ont été désignés sur les dix candidats journalistes et dix candidats techniciens préalablement sélectionnés parmi plus de deux cents dossiers de candidatures reçues. Les vingt candidats retenus ont bénéficié, durant deux semaines, d’une formation assurée par l’Académie France Médias Monde, créatrice de cette « Bourse Ghislaine Dupont et Claude Verlon ».

À noter que le jury, présidé par la directrice de RFI, Cécile Mégie, était composé du responsable Productions mobiles RFI, Denis Chastel, du représentant de l’École de journalisme de Sciences Po, Vincent Hugeux, du journaliste en poste à la Mission de l’Onu pour la stabilisation du Congo (Monusco) et ancien rédacteur en chef de Radio Okapi, Léonard Mulamba Kalala. Sans oublier le correspondant de RFI en RDC, Kamanda wa Kamanda Muzembe, le responsable de l’Unité Management et conception des contenus audiovisuels et multimédias de l’Institut national de l’audiovisuel (INA) et l’adjoint à la directrice de RFI chargé de langues africaines, Yves Rocle.

Invités à paris

À signaler aussi que la rédactrice en chef Muriel Pomponne, coordinatrice éditoriale des langues étrangères à RFI, et la responsable Formation interne à RFI, Rachel Locatelli, toutes deux formatrices, ayant animé le stage à Kinshasa, ont également assisté aux séances de délibération.

La directrice de RFI a fait savoir que Myriam Iragi Maroy et Vital Myriam Iragi et Vital Mugisho, lauréats de la « Bourse Ghislaine Dupont et Claude Verlon » 2019 Mugisho sont invités, en février 2020, à Paris où ils vont « suivre une formation intensive, à la fois en immersion à RFI et au sein des établissements partenaires de la Bourse ». Il s’agit de l’École de journalisme de Sciences Po pour la lauréate journaliste et le centre de formation de l’INA pour le lauréat technicien.

Il convient de relever que la directrice Cécile Mégie a demandé à l’assistance d’observer une minute de silence pour la mémoire de Ghislaine Dupont et celle de Claude Verlon. Et qu’une programmation spéciale est proposée, le 2 novembre de chaque année, par les chaînes de France Médias Monde (RFI, France 24 et Monte Carlo Doualiya). Cela à l’occasion de la remise de la Bourse et de la « Journée internationale de la fin de l’impunité » pour les crimes commis contre les journalistes.

Par cette programmation spéciale, France Médias Monde s’engage dans « la lutte contre cette impunité et dans la sensibilisation des auditeurs, téléspectateurs et internautes à la sécurité eut aux conditions de travail des journalistes sur les cinq continents».

Témoignages poignants

Par ailleurs, les différents témoignages rendus par tous ceux qui ont connu les deux martyrs du 2 novembre 2013 ont tous été poignants. Ghislaine Dupont et Claude Verlon ont tant aimé leur profession jusqu’au sacrifice suprême.

Ils sont passés par la RDC avant le Mali où ils ont été sauvagement assassinés. Le plus émouvant a été, sans doute, le propre témoignage de Ghislaine contenu dans la lettre qu’elle a adressée à sa mère lorsqu’elle était correspondante de RFI en RDC. Son attachement à ce pays et les conditions de vie misérable de la population, tout y a été contée.

Sans occulter le témoignage de Kamanda wa Kamanda qui a mis l’accent sur les conditions d’expulsion de Ghislaine Dupont de la RDC. Selon tous les témoignages, ils sont morts à cause de leur souci de dire la vérité, de rendre fidèlement ce qu’ils ont vu et entendu. Ce à quoi l’ambassadeur de France en RDC, François Pujolas, a invité les tous les hommes des médias à cultiver et à faire valoir, dans sa brève intervention.

Pour sa part, le ministre d’État et ministre de la Communication et des Médias, David-Jolino Makelele Diampovisa, a loué le courage et l’amour du travail bien fait qui animaient Ghislaine Dupont et Claude Verlon, avant de saluer les efforts que le gouvernement congolais pour que la liberté de la presse et d’expression soit effective en RDC.

Et c’est dans ce sens qu’il a d’ailleurs annoncé la tenue prochaine des états généraux de la presse pour faire réellement de celle-ci le 4ème pouvoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *