NORD-KIVU : BRAS DE FER ENTRE DÉPUTÉS SUR LES QUESTIONS ORALES AVEC DÉBAT ADRESSÉES AUX MINISTRES PROVINCIAUX

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une plénière de courte durée et très mouvementée a eu lieu ce mardi 12 novembre 2019, à l’Assemblée provinciale du Nord-Kivu où l’on a assisté à une motion incidentielle d’un député provincial qui a conduit à la non tenue du débat sur deux questions orales adressées aux deux ministres provinciaux.

Melis BOASI, Correspondant à Goma

La première question orale avec débat entendue par de nombreux Nord-Kivutiens et qui était adressée au ministre provincial en charge des Mines et des Finances, au Nord-Kivu, sur l’apport en province de la société minière Alphamines Bisie, basée à Walikale dont le député provincial, Prince Kihangi, initiateur de la question, est originaire.

Motif de la Question orale

Pour l’élu de Walikale, il était question que le ministre provincial des mines et finances puisse donner un éclairage sur la gestion de cette entreprise, avec comme motivation que cette société minière, selon lui, ne respectait pas les clauses de son implantation dans le territoire de Walikale. D’après Prince Kihangi, Walikale reste le territoire le plus enclavé de la province, alors qu’il regorge autant des minerais exploités par cette société, sans aucun bénéfice dans le secteur routier, de la santé et de l’éducation.

Il ajoute dans sa motivation, le fait que les exploitants artisanaux travaillant dans le site de Bisie où est implantée cette société, sont mal traités par ses gestionnaires qui les font travailler dans des conditions inhumaines.

Une motion incidentielle qui bloque le débat

Alors que David Kamuha, ministre provincial des mines et finances au Nord-Kivu, a répondu présent à la plénière du jour, Elie Kakule Nzaghani, élu du territoire de Rutshuru a initié une motion incidentielle qui n’a pas permis la tenue du débat du jour. « Je suppose à ce jour, que c’est inopportun pour un ministre, à peine nommé il y a un mois, de venir répondre aux questions des députés sur un domaine qu’il n’a pas encore maîtrisé comme il se doit », a souligné Elie Kakule Nzaghani, initiateur de la motion.

Il précise qu’il y a des informations selon lesquelles, un groupe de députés provinciaux du Nord-Kivu, « mal intentionnés », seraient en train de boutiquer des questions orales avec débat contre certains ministres juste pour des objectifs pécuniaires.

« Selon les informations recueillies, certains collègues députés circuleraient dans des bureaux des ministres juste pour rançonner de l’argent en annonçant à ces ministres l’initiation en leur défaveur des questions orales avec débat si en contrepartie ils ne libéraient pas de l’argent », a-t-il affirmé, avant d’ajouter qu’il était important qu’on laisse les ministres terminer à constituer leur cabinet politique afin de s’imprégner davantage des dossiers de la province, au lieu de faire un travail biaisé à l’Assemblée provinciale.

« En plus, le budget de la province n’est pas encore voté et certains ministres travaillent encore avec les membres des cabinets des ministres sortants, ce n’est donc pas opportun », a-t-il conclu.

Après le vote de cette motion incidentielle par la majorité de députés présents à la plénière, ceux qui sont contre cet acte, voient dans le geste de Elie Kakule Nzaghani, une main noire qui veut bloquer le travail des élus. C’est le cas du député provincial Promesse Matofali qui condamne l’acte posé par son collègue initiateur de la motion incidentielle.

Les groupes des exploitants artisanaux devant l’hémicycle de l’Assemblée provinciale du Nord-Kivu pour soutenir la question orale avec débat

Par ailleurs, la plénière s’est clôturée avec un climat de déception pour les uns et de joie pour les autres.  Pendant ce temps, des groupes de creuseurs artisanaux qui étaient installés devant le siège de l’Assemblée provinciale avec des banderoles en mains, se disent être déçus de cet acte posé par les élus provinciaux.

La deuxième question orale avec débat adressée au ministre provincial de la justice, initiée par le député Saidi Balikwisha, n’a plus eu lieu après le vote de cette motion qui a balayé l’ordre du jour de la plénière.