Prise en charge de la malnutrition aiguë : des experts réfléchissent sur l’utilisation des aliments locaux

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Contribuer aux efforts de la RDC à l’atteinte de la faim zéro d’ici à 2030, par la réduction de la morbidité due à la malnutrition au menu d’une journée scientifique à Kinshasa.

Stanis Ntambwe

Les experts et scientifiques dans le domaine de la nutrition se sont retrouvés, mercredi 13 novembre à Kinshasa, dans le cadre de la journée scientifique sur l’utilisation des aliments locaux dans la prise en charge de la malnutrition aiguë en RDC.

Le professeur Steve Collins, directeur de Valid international, venu spécialement des États-Unis d’Amérique, a été l’orateur principal de ces assises. Il a partagé son expérience de plus de 30 ans dans le domaine de nutrition.

Pour rappel, en septembre dernier, le Programme national de nutrition (PRONANUT), avec l’appui du Programme alimentaire mondial (PAM), a organisé un atelier sur les alternatives de prévention de la malnutrition aiguë et la prise en charge de la malnutrition aiguë modérée en RDC.

À l’issue de cet atelier, comme le professeur Steve Collins n’avait pas participé physiquement aux travaux mais l’avait fait par Skype, une rencontre spéciale a été organisée au PRONANUT avec les membres du Cluster nutrition, au cours de laquelle il y a eu plusieurs échanges.

Il était reconnu l’existence de multiples défis pour la RDC, dans le cadre des alternatives tant de prévention de la malnutrition aiguë que de prise en charge de la malnutrition aiguë modérée. Au terme de cette rencontre, il était recommandé que le PAM, d’une part, appuie l’organisation d’une journée scientifique avec le corps universitaire qui n’avait malheureusement pas participé. C’est ainsi que le PAM s’est engagé au processus. D’une part, il a obtenu l’accord de son management et du professeur Steve Collins à la tenue de cette journée le 13 novembre 2019. Cela en collaboration avec le PRONANUT.

Objectifs spécifiques

Certains objectifs spécifiques sont poursuivis par les participants aux travaux de l’atelier. Il s’agit, entre autres, de « présenter les évidences possibles sur l’efficacité des rations à base d’aliments locaux dans la prévention de la malnutrition aiguë et la prise en charge de la malnutrition aiguë modérée; échanger sur les aspects de performances thérapeutiques, de durée de vie des produits, et les possibilités de transformation de ces produits locaux en aliments supplémentaires prêts à l’emploi ; créer sous le leadership du PRONANUT, entre Valid International et le réseau académique du Mouvement SUN de la RDC, un cadre permettant des échanges scientifiques sur les produits alimentaires locaux pour la prévention de la malnutrition aiguë et la prise en charge de la malnutrition aiguë modérée ».

Le directeur général de PRONANUT, Dr Ernest Mbo, a affirmé que« la malnutrition est un réel problème de santé publique en RDC. À ce jour, nous avons 41,8 pourcents, soit 4 enfants sur 10 de moins de 5 ans qui souffrent de la malnutrition chronique en RDC. Ce qui est extrêmement grave. Par conséquent, la croissance intellectuelle, physique ainsi que la productivité de ces enfants est compromise à l’âge adulte ».

Avant d’ajouter que « les efforts que le ministère de la Santé publique est en train de faire, c’est de voir comment prévenir et traiter ces cas de malnutrition ». Car, explique-t-il, « avec le besoin qui est le nôtre, l’importation des produits pour la prévention et la prise en charge de la malnutrition nous coûtent énormément et ne nous permettent pas de prendre en charge tous les enfants malnutris dans le pays ».

C’est ainsi qu’avec les scientifiques congolais et étrangers, les réflexions sont en train d’être menées autour de l’utilisation des recettes à base des aliments produits localement. « Ce qui nous permettra de réduire le coût de la prise en charge de la malnutrition », a renchéri Dr Ernest Mbo.