NORD-KIVU : LA SITUATION SÉCURITAIRE AU MENU D’UNE RÉUNION INTER INSTITUTIONNELLE À GOMA

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cette rencontre tenue à Goma ce jeudi 14 Novembre 2019, élargie au Conseil provincial de sécurité, a réuni l’exécutif provincial du Nord-Kivu avec les députés provinciaux autour de la situation sécuritaire en province qui reste préoccupante.

Melis BOASI, Correspondant à Goma

Le gouverneur du Nord-Kivu, Carly Nzanzu Kasivita qui a présidé cette réunion, a fait savoir à la presse qu’il était important d’échanger avec les députés provinciaux et les membres du Conseil provincial de sécurité pour partager des informations recueillies sur terrain afin de monter des nouvelles stratégies pour traquer les auteurs de cette insécurité au Nord-Kivu.

« Il y a peu, les députés provinciaux étaient en vacances parlementaires et il était utile qu’ils nous informent sur ce qui se passe réellement dans leurs fiefs respectifs. Ce, dans l’esprit de la collaboration des institutions provinciales et cela s’avère utile pour combattre cette insécurité », a précisé Carly Nzanzu Kasivita.

Beni, un cas récurrent

Le premier citoyen du Nord-Kivu a fait savoir que des stratégies sont montées par les terroristes qui œuvrent dans le territoire de Beni, allant dans le sens de créer un climat de méfiance entre les populations locales et les forces armées de la République démocratique du Congo pour amplifier cette insécurité (FARDC).

« Les officiers de l’armée congolaise qui ont pris part à cette réunion ont fait savoir que les FARDC poursuivent avec des actions de grande envergure sur terrain pour ramener la paix totale sur toute l’étendue de la province et spécifiquement, dans le territoire de Beni. Par cette occasion, nous appelons la population à faire confiance aux militaires congolais qui sont sur le champ de bataille pour traquer ces groupes rebelles », a-t-il affirmé.

Quid de la collaboration avec les forces armées des pays voisins

Robert Seninga, président de l’Assemblée provinciale du Nord-Kivu a, pour sa part, qu’il y aura juste mutualisation des renseignements entre les forces armées et non des opérations conjointes sur le sol du Nord-Kivu. « Nous affirmons à la population que les FARDC vont juste coopérer sur le plan de renseignements avec d’autres pays comme le Rwanda et l’Ouganda et non le contraire », a-t-il rassuré.

Carly Nzanzu Kasivita qui vient d’un séjour à Kampala où il a pris part à la rencontre bilatérale entre l’Ouganda et la RDC, a renchéri que ces échanges de renseignements sont très importants.

« Parmi les rebelles présents dans le territoire de Beni, il y a des ADF-NALU et FDLR qui sont respectivement, d’origine ougandaise et rwandaise. D’où, l’importance de collaborer sur le plan militaire avec ces pays pour qu’au cas où ces rebelles traqués au Nord-Kivu fuyaient de dans ces pays limitrophes, les autorités de ces pays les traquent à leur tour. Cette collaboration est donc importante », a-t-il expliqué.

Pendant ce temps, la population du Nord-Kivu n’attend que la concrétisation de toutes ces recommandations pour que la province retrouve sa totale quiétude.