« L’AVENIR DU NORD-KIVU DÉPEND DE NOTRE SOLIDARITÉ VIS-À-VIS DE NOS COMPATRIOTES » (Mwanza Hamissi Singoma)

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dans une interview accordée à Lepotentielonline.net, Mwanza Hamissi Singoma, député national élu du territoire de Nyiragongo au Nord-Kivu, réaffirme son engagement, à travers sa fondation, de continuer avec diverses actions sociales dans ce territoire. Ce, en dépit de rumeurs sur une probable démarche de ses proches collaborateurs de retirer des tanks d’eau qui servent la population en eau potable dans ce coin de la province ; des tanks qui portent sa marque. Il s’est confié à Lepotentielonline.net pour éclairer la lanterne de l’opinion publique sur cette situation et parler de ses actions à venir.

L’intégralité de l’interview

Voudriez-vous vous présenter ?

Je suis Mwanza Hamissi Singoma, député national élu du territoire de Nyiragongo. Aujourd’hui âgé de 47 ans. Depuis 2013 je dirige la Fec Nord-Kivu et je suis en même temps chef d’entreprise du Groupe shenimed qui est actif dans la distribution, dans l’aviation, l’agroalimentaire et dans la mise en bouteille en eau ainsi que dans la construction. en même temps, depuis 2 ans je suis actionnaire et président du conseil d’administration de la société congolaise de distribution d’eau et d’électricité (socodee) basée Goma. À Nyiragongo, votre fief électoral et à Goma où vous êtes très connu, il y a une nouvelle qui circule,  selon laquelle, vous avez envoyé vos proches dans le territoire de Nyiragongo pour retirer des tanks et des citernes d’eau que vous aviez remis à la population lors de la campagne électorale à travers votre fondation pour la desserte en eau potable. C’est une situation qui frustre la population de Nyiragongo.

Qu’en dites-vous?

Nous avons plusieurs citernes dans le territoire de Nyiragongo qui distribuent depuis plus de 2 ans de l’eau potable à la population.Ce qui venait de se passer est que la bâche qui se trouvait dans le groupement Munigi dans le Nyiragongo a été retirée et sera remplacée prochainement par un tank dans le souci de veiller à la bonne santé de la population que nous défendons comme élu. Les gens ont mal compris cette démarche raison pour laquelle ils interprètent mal cela. C’est juste dans le souci d’améliorer les conditions sanitaires de notre population et épargner les gens des maladies que nous avons retiré cette bâche.

Rien de plus. Il y a ceux-là qui pensent que la Fondation Mwanza dont vous êtes fondateur a été juste créée pour des fins électorales raison pour laquelle aujourd’hui vous avez l’intention de récupérer tous les biens de votre fondation à Nyiragongo après que vous soyez déjà élu, comment répondez-moi à cela?

La Fondation Mwanza n’a pas été créée pour des fins électorales. C’est suite à une crise humanitaire qui a frappé le territoire de Nyiragongo il y a quelques années avec une épidémie de choléra, que nous avons eu l’idée de mettre en place cette fondation. Elle a plusieurs objectifs au-delà de la distribution de l’eau potable. Nous  distribuons également des semences pour améliorer la sécurité alimentaire de la population. La Fondation contribue aussi aux charges de maternité, l’exemple de la maternité se trouvant dans le groupement de Rusayo. Prochainement, elle va aussi encadrer la jeunesse sportive dans le but de faire asseoir la culture de la citoyenneté et des valeurs positives au sein de la jeunesse de la province.

Face à toutes ces désinformations qui créent des commentaires de tout genre auprès de vos électeurs, que comptez-vous faire en urgence pour que votre image ne soit pas ternie? Allez-vous effectuer une descente d’urgence à Nyiragongo pour parler à votre base?

Je suis en contact permanent avec ma base et c’était même ma promesse électorale. Et d’ailleurs, au début de ce mois de Novembre, j’étais dans le village de Turunga à Nyiragongo où j’ai animé une réunion pour sensibiliser la population sur la création des projets qui pourront bénéficier des fonds votés dans le cadre du financement de la Banque Mondiale. Je suis en contact permanent avec ma base qui connait la réalité des faits.

Vous aviez longtemps servi la population de Nyiragongo en eau potable, pour quelle visée exactement?

Un adage africain dit : « vous ne pouvez être prospère et vous réjouir de votre fortune lorsque votre voisin souffre et vit dans la pauvreté » En référence à cela, j’ai donc un devoir de solidarité comme congolais de ne pas garder les bras croisés face à la souffrance de mes compatriotes. La visée est de démontrer que l’avenir de notre pays dépend de notre solidarité vis-à-vis de nos compatriotes et seulement ensemble nous pourrons bâtir un territoire de Nyiragongo prospère, une province du Nord-Kivu prospère et une République démocratique du Congo prospère. J’apporte juste ma modeste contribution à cette tâche patriotique pour un développement intégral du pays.

Depuis que vous siégez à l’Assemblée nationale à Kinshasa comme député national, quelle plaidoirie menez-vous auprès de la Regideso pour qu’elle puisse desservir tout Nyiragongo en eau potable ?

Le problème de l’Eau est lié directement à la disponibilité de l’électricité pour pomper l’eau vers le  territoire de Nyiragongo Alors que l’électricité pose également problème à Goma qui est voisin direct à Nyiragongo et chef-lieu du Nord-Kivu. Néanmoins, les discussions sont en cours pour palier définitivement à ce problème. Nous espérons que nos discussions vont aboutir.

D’où tirez-vous cette eau que vous distribuez à Nyiragongo ?

C’est une eau qui est puisée dans une rivière de la province, qui est ensuite bien traitée avant d’être acheminée par nos propres camions vers les tanks de la Fondation Mwanza placée dans plusieurs coins du territoire Nyiragongo pour desservir la population en eau portable. Je rappelle que la distribution se fait gratuitement.

Nyiragongo ne fait pas seulement face aux problèmes liés à l’accessibilité à l’eau potable, il y a aussi le problème de l’insécurité et de la succession du pouvoir coutumier, quelles sont les pistes de solution que vous proposez face à tous ces problèmes ?

L’insécurité est liée non seulement aux comportements de certains inciviques et aussi suite à l’extrême pauvreté qui règne dans ce territoire. Il faut donc créer des opportunités d’emploi pour les jeunes et aussi pour la femme spécifiquement.  Quant à l’absence du pouvoir coutumier, c’est à déplorer et nous avons saisi à plusieurs fois les instances nationales concernant cette affaire qui relève normalement de leurs attributions. Nous espérons que demain ça ira mieux.

C’est quoi votre vision générale pour Nyiragongo? Et toute la province du Nord-Kivu ?

Mon souci c’est de voir cette province du Nord-Kivu être une province prospère où règnent la paix et le développement. C’est un combat que je mène depuis plusieurs années comme président Provincial de la FEC. Notre territoire de Nyiragongo qui est voisin au Chef-lieu de la Province doit absolument bénéficier de plus d’encadrement pour que le développement socio-économique soit une réalité dans ce territoire. L’histoire des conflits a meurtri profondément le territoire Nyiragongo et dans les années à venir il faudrait que des actions concrètes soient mises en place pour son développement. La sécurité doit aussi être rétablie et ça constitue mon combat quotidien. Promouvoir l’unité et combattre les divisions est aussi une priorité pour que toutes les filles et tous les fils du territoire de Nyiragongo aient finalement un vécu auquel ils aspirent et ils en ont le plein droit. C’est cela ma lutte et je ne baisserai jamais les bras. Je profite également de cette occasion pour remercier lepotentielonline.net, ce grand média de la RDC de me donner cet espace d’expression.

Propos recueillis par Melis BOASI, correspondant à Goma