Quand Raphaël Ngoy s’attaque à la Gécamines, Jérôme Sekana recadre et indexe les multinationales

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Indexé dans un livre intitulé : « La Gécamines Yuma. Un nain minier et une sangsue nationale » de Raphaël Ngoy, un ancien de l’entreprise, le staff de la  Gécamines n’a pas préféré réagir. En lieu et place, c’est Jérôme Sekana, coordonnateur de « Toile d’araignée », un réseau de journalistes économiques de la RDC, qui s’est chargé de remettre les pendules à l’heure. « Ma réaction est à titre personnel. C’est dans le seul but de défendre un patrimoine national », a dit d’emblée Jérôme Sekana, pour éviter tout amalgame.

Face à la presse, vendredi dernier, il a éventré le boa, pointant du doigt les multinationales qui se cachent derrière l’action menée par Raphaël Ngoy. « Non, nous ne sommes pas d’accord avec ce pamphlet », a-t-il lancé.

« Alors, aujourd’hui l’ingénieur Raphaël tape sans retenue à bras raccourcis sur GECAMINES. Malheureusement, il tape à bras raccourcis pour être agréable aux intérêts étrangers de ceux qui sont tapis dans l’ombre et voudraient vivre dans un secteur minier totalement libéralisé, débarrassé définitivement de contre-pouvoirs. Il se trompe de combat », note Jérôme Sekana.

One thought on “Quand Raphaël Ngoy s’attaque à la Gécamines, Jérôme Sekana recadre et indexe les multinationales

  1. La GCM a déjà réagi au rapport de Raphaël Ngoie que nous disposons déjà et va vous permettre d’enrichir prochainement votre article sur la réaction Jérôme Sekana.Merci de votre franche colaboration

Comments are closed.