La remontrance

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le comportement irresponsable de la classe politique congolaise, avec ses hommes d’État, a été mis à nu par l’archevêque de Kinshasa. Qui a sermonné ces derniers lors de son homélie de sa première messe en tant que cardinal. Une messe ‘‘très politique’’ au cours de laquelle, Fridolin Ambongo s’est présenté en conseiller de la République et du peuple.

Le Potentiel

L’archevêque de Kinshasa n’y est allé ni par quatre chemins, ni par le dos de la cuillère. Comme son prédécesseur Monsengwo, il s’est attaqué aux hommes politiques en les traitant non pas de médiocres, mais d’arrogants. Qui « pratiquent des messes noires, qui fréquentent des milieux ésotériques». Pour lui, « ce sont les adultères qui mangent à tous les râteliers, ceux qui font de faux serments, qui promettent et ne réalisent rien ou qui font le contraire de leurs promesses». Et d’ajouter : « Ce sont ceux qui oppriment les salariés, ceux qui excluent les nécessiteux représentés par la veuve, l’orphelin et l’étranger. Les arrogants marchent sur les petits, les pauvres, ils exploitent les travailleurs comme ils veulent». Aussi a-t-il souligné le fait que « le peuple est fatigué de querelles politiciennes complètement inutiles et que le temps de querelles est révolu ».

Faisant également de son homélie un véritable plaidoyer, il a invité les hommes politiques à mettre de côté leurs intérêts partisans et égoïstes pour se concentrer et s’engager sur l’essentiel « qu’est l’avenir du peuple congolais qui n’a que trop souffert».

Il a prêché la tolérance, l’amour, la solidarité et la cohésion nationale dans cette période marquée par la tension entre le FCC et le CACH. C’est ainsi qu’il a exhorté « les uns et les autres à dépasser les clivages de tous ordres, les sentiments partisans et de mettre fin à toutes formes de diabolisation pour réussir ensemble». Et d’estimer que « le temps de la repentance  est bel et bien arrivé pour œuvrer en faveur du développement du grand Congo ». Une merveille que Dieu a donnée au peuple congolais.