16 JOURS D’ACTIVISME EN RDC : LE RFPoPEE FUSTIGE LA MISOGYNIE DE CERTAINS HOMMES HOSTILES A LA PARITÉ

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les femmes politiques du Nord-Kivu qui ont échoué aux dernières échéances électorales, en République démocratique du Congo, se sont réunies au sein du « Réseau des Femmes politiques perdantes  aux échéances électorales (RFPoPEE) ». Elles ont, à travers une déclaration faite samedi 30 novembre, à Goma, dénoncé la montée fulgurante dans la sphère politique congolaise des cas de « mépris » auxquels les femmes politiciennes congolaises sont confrontées.

Dans leur déclaration, les femmes du RFPoPEE affirment que les auteurs de ces cas de mépris sont certains hommes mal intentionnés, qu’elles qualifient de « Misogynes ». La porte-parole de ce réseau des femmes, Maitre Lina Bindu Balinda, fustige le comportement de ces Hommes qui, d’après elles, sont actuellement à la quête des faiblesses des femmes élues ou nommées et qui occupent des fonctions politiques en RDC.

« Nous disons stop à la perturbation, au découragement et aux coups bas orchestrés par ces Hommes vis-à-vis des Femmes qui occupent des postes décisionnels au pays, telles que la Présidente de l’Assemblée nationale, les honorables députées au niveau national et dans des provinces, leurs Excellences vice-premier ministre, ministre d’État, ministres, vice-ministres, Gouverneurs et vice-gouverneur », a-t-elle déclaré.

Elle ajoute que ces cas de mépris auxquels font face toutes ces femmes dans leur milieu de travail sont semblables aux cas des violences faites aux femmes, décriées durant cette période de 16 jours d’activisme où le monde est appelé à lutter contre les violences sexuelles basées sur le genre.

« Les Hommes qui sont partenaires des Femmes devraient oranger le monde dans une génération qui se veut être égale, tel que le spécifie le thème 2019 de 16 jours d’activisme. Malheureusement, nous constatons que dans la sphère politique congolaise, ces Hommes oublient que les femmes ont droit à une participation pleine et entière dans la gestion du pays en vue d’un monde équilibré et de complémentarité, se référant à la mise en œuvre du protocole d’accord de Maputo, du 11 juillet 2003 », a fait remarque Lina Bindu Balinda.

Ce réseau des femmes perdantes aux échéances électorales, décourage tous ces Hommes hostiles à l’égalité qui, selon elles, ignorent qu’il n’y a aucun développement dans une quelconque société sans les femmes. En outre, le réseau encourage tous les Hommes qui prônent la parité dans le milieu professionnel congolais, de continuer dans ce sens tel que prescrit dans la constitution. Ces femmes appellent ainsi les autorités actuelles à en tenir compte.

Elles promettent de mener d’autres actions à Goma, si leurs revendications ne sont pas prises en comptent par les autorités compétentes.

Melis BOASI, correspondant à Goma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *