Des agents auxiliaires de justice lancés sur le marché de l’emploi

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Depuis son investiture le 24 janvier 2019, le président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, ne cesse de marteler sur la formation professionnelle qu’il présente comme l’un des chantiers de son quinquennat. Il la considère  également comme l’une de ses priorités  regroupées  en vingt piliers.

Véron K.

Conformément à la vision du chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, l’Institut supérieur d’investigation policière agréé depuis 1997 comme Centre de spécialisation en sciences policières (ISIP-CSSP) vient de lancer sur le marché de l’emploi des  civils et policiers formés en inspectorat/OPJ et criminologie  générale.

Après avoir brièvement fait l’historique de cet institut qui est déjà à sa 41ème promotion, le superviseur faisant fonction du directeur général, Freddy Mputu Ndonsimau, a tenu à souligner que cet alma mater est à caractère professionnel. Il a déjà formé des experts en détection, criminologues et autres experts en matière  d’investigation.

Pour la session 2018-2019, deux options, à savoir Inspectorat /OPJ et Criminologie générale ont été organisées dans trois extensions : ITI/Malosa à N’djili, paroisse Saint Frédéric à Kimbanseke et une troisième à Lingwala.

A l’issue de neuf mois de formation, des brevets de spécialisation en officier de police judiciaire (OPJ) et en criminologue ont été remis aux lauréats. Les 68 réussites de la présente session ont reçu leurs titres. C’était au cours d’une cérémonie organisée, le samedi 30 novembre dernier dans la salle paroissiale  Notre-Dame de Fatima.

Les conseils d’un juriste

Invité pour la circonstance, le procureur près du Tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe a estimé opportun de prodiguer des conseils aux lauréats. Tout en appréciant les notions qu’ils ont acquises en vingt-quatre modules, le procureur a attiré leur attention sur le fait qu’ils ne peuvent pas encore se considérer officiers de police judiciaire ou criminologues. Il leur faudra d’abord  se conformer à la loi  en prêtant serment.  « Vous devez  faire  des efforts  pour être utiles à la société. Vous  devez  avoir un comportement digne, exemplaire, car, l’épée  de Damoclès est suspendue sur vos têtes », leur a-t-il signifié.

La reconnaissance aux bienfaiteurs

« Les bienfaits ne sont jamais perdus », dit-on. C’est le cas de l’Institut supérieur d’investigations policières qui n’est pas resté insensible à l’apport appréciable dont bénéficie son institut de la part de certains de ses partenaires. 

Profitant de la cérémonie de remise des brevets  de spécialisation  à ses étudiants,  il a fait d’une pierre deux  coups en remerciant publiquement ses partenaires. Le plus en vue a été la Fondation Rche Club (FORIC) que préside M. Zet Makela Luvualu.

Pour le directeur général de l’ISIP-CSSP, le choix porté sur cette structure de la Société civile est dû au respect qui la caractérise dans son optique d’assister  financièrement et moralement les personnes vulnérables. Dans la commune de Kimbanseke, FORIC contribue constamment au bien-être en construisant, par exemple, des passerelles.

Très ému pour avoir été récompensé par un diplôme d’honneur, Zet Makela Luvualu  a indiqué que ce n’est pas un fait du hasard, mais plutôt  le fruit du travail abattu depuis les deux ans d’existence de sa fondation qui lutte pour le développement du district de la Tshangu, en général, et de la commune de Kimbanseke, en particulier. Cette lutte, a-t-il précisé, s’accompagne avec l’un des objectifs  de sa  fondation  qui consiste à soutenir et encourager toutes les actions politiques, économiques et sociales visant  le progrès social et la stabilisation du bien-être de la population.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *