Opération de charme

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le secrétaire général adjoint de l’ONU en charge des opérations de paix a été contraint par les tueries des populations civiles et autres saccages des installations de la Monusco d’improviser une visite à Beni, dans la province du Nord-Kivu. Pendant son séjour dans la zone, ce haut fonctionnaire de l’ONU a rencontré les autorités tant militaires que civiles.

A cet effet, l’envoyé de l’ONU, tirant les leçons de ces derniers événements notamment le saccage des installations de la Monusco, a reconnu qu’il y a lieu de regarder ce qui ne marche pas et de voir dans quelle mesure « améliorer » et mieux « coordonner » les opérations militaires sans doute pour protéger les populations.

L’adjoint à Gutteres n’a pas manqué cette opportunité pour exprimer sa solidarité envers les victimes civiles des dernières tueries autour de Beni dont le comptage macabre fait plus de 100 morts en un mois. Une situation qui envenime la colère des habitants de la zone qui ne comprennent pas comment ils sont à la merci des forces négatives malgré la présence nombreuse des FARDC et des casques bleus de l’ONU. 

Outre cette opération de charme du secrétaire général adjoint de l’ONU en charge des opérations de maintien de la paix, son passage dans la région et son engagement à rechercher des meilleurs résultats n’auront de sens que si les choses s’améliorent sur le terrain. Les habitants de Beni comme ceux de toute cette province martyre ont juste besoin de la paix. Et c’est tout ce que la Monusco n’est pas en mesure d’imposer dans la région alors qu’elle est dans la zone depuis deux décennies pleines. 

Après autant d’années d’insuccès dans l’imposition de la paix dans la partie Est de la RDC, la Monusco joue sa crédibilité aux yeux des populations du coin. Il est normal que ces populations de Beni et de toute cette région exigent la paix qui est d’ailleurs la première raison de la présence des casques bleus et des FARDC dans cette zone devenue un couloir de la mort. Jusqu’à quand les forces négatives vont continuer à semer la mort dans cette partie du pays sous la barbe des soldats de la paix?

Les choses doivent bouger dans cette région. Les dernières manifestations de colère des habitants de Beni contre les installations de la Monusco restent, ni plus ni moins, une attitude de ras-le-bol. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *