NORD-KIVU : DIVERGENCE DE VUES AUTOUR DE LA RÉALISATION DE L’ÉDIT BUDGÉTAIRE 2020

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les violons ne s’accordent pas au sein de l’organe délibérant du Nord-Kivu entre les élus provinciaux. Ce, au lendemain de la présentation du projet d’édit budgétaire pour l’exercice 2020 par le Gouvernement provincial.

Melis BOASI, Correspondant à Goma

Certains élus qui ont émis leurs avis à ce sujet, pensent que ce budget qui s’élève à 158.331.969.845 Francs congolais est réaliste et réalisable. D’autres par contre, estiment que ce sont des prévisions qui ne peuvent aboutir suite à l’insécurité vécue dans certains coins de la province du Nord-Kivu.

De Beni à Walikale, en passant par Lubero, Nyiragongo et Goma, les élus et notables de ces territoires partagent diversement leurs avis par rapport à la réalisation de ce chiffre évoqué par le Gouverneur de province pour le fonctionnement des institutions de la province, durant l’année 2020.

Le député provincial, Emmanuel Kabuyaya, élu du territoire de Lubero, reconnait que le projet d’édit budgétaire est une lueur d’espoir pour la province du Nord-Kivu qui se trouve aujourd’hui dans un état d’inertie. Cependant, il note que la modicité de ce budget par rapport aux secteurs vitaux inquiète la population du Nord-Kivu.

« Le Gouverneur a ignoré la partie sud du territoire de Lubero où la population est devenue surpeuplée, fuyant la maladie à virus Ebola dans le territoire voisin de Beni. Cette population fait aujourd’hui face au risque de la maladie de choléra. Sur ce, il est important que le gouverneur pense à la dotation en matériels dans des centres de santé de Lubero. Il doit accélérer aussi le projet d’adduction d’eau car, la santé de la population qui se trouve concentrée dans cette partie de la province est en danger et devrait être une priorité parmi tant d’autres. Ce qui n’ a pas été pris en compte« , a déploré Emmanuel Kabuyaya.

En outre, Elie Balikwisha, élu provincial du territoire de Beni, rejette en bloc ce projet d’édit budgétaire, estimant que celui-ci ne prend pas en considération le caractère social des populations du Nord-Kivu. « Les projets de développement tels que la construction des écoles officielles en territoire de Beni, la modernisation de l’hôpital de vuhovi où il y a une pléthore des malades ont été oubliés par le gouverneur. Il n’a pas pris en compte aussi la réhabilitation de la route de desserte agricole de Graben qui nourrit la population d’un peu partout avoisinant cette contrée. Toutes ces rubriques oubliées démontrent le caractère antisocial de ce budget provincial. Ça doit être vite rectifié« , suggère-t-il.

L’autre avis est celui de Tom amuri , un notable du Territoire de Walikale, qui parle d’une volonté manifeste de la part de l’exécutif provincial de vouloir booster le développement de la province et particulièrement celui du territoire de Walikale. « Ce n’est qu’un budget prévisionnel. Tout repose sur la capacité mobilisatrice des recettes de l’État pour concrétiser cela à travers la perception des impôts et taxes. L’ensemble de députés provinciaux qui constituent l’autorité budgétaire de la province doivent accompagner le gouvernement provincial quant à ce. Au lieu qu’on assiste, comme dans le temps passé, à l’appel à l’incivisme fiscal de la part de certains élus provinciaux car, sans moyens financiers suffisants le Gouvernement provincial est voué à l’échec » note-t-il.

Pour Kennedy Mbuyi, un politique de la province pense qu’il sera difficile voir même impossible que le Gouvernement provincial puisse se doter de ses ressources financières tant qu’il y a la présence des groupes armés locaux et étrangers dans certains coins de la province. « La priorité des priorités et la meilleure des stratégies pour rentabiliser les recettes de la province devrait être d’abord l’éradication de l’insécurité qui fera à ce qu’il y ait des investisseurs qui viendront en province. Sans cela, on ne saura pas atteindre ce chiffre prévisionnel« , a renchéri Kennedy Mbuyi, avant d’appeler les députés provinciaux à doubler les efforts pour que cette démarche soit une réussite.

Adrien Syasemba, élu provincial de Goma qui fait partie de la commission ÉcoFin de l’Assemblée provinciale du Nord-Kivu, rassure que tous les amendements soulevés par les députés provinciaux seront pris en compte dans le travail de toilettage qui se fait dans cette commission pour que l’édit qui sera adopté et promulgué, le 16 décembre, rencontre les attentes de la population.

Robert Seninga, Président de l’organe délibérant du Nord-Kivu informe qu’un contrôle trimestriel sera effectué par les élus provinciaux pour veiller à la réalisation de ce budget dans tous les secteurs vitaux de la province.

Par ailleurs, les populations de la province n’attendent que la réalisation de cette promesse du Gouvernement provincial pour que les défis vécus au quotidien soient relevés dans l’objectif d’un développement intégral du Nord-Kivu.