GOMA : LES FEMMES REFLECHISSENT SUR LEUR IMPLICATION DANS LES INSTANCES DE PRISE DE DÉCISION

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pendant deux jours, les femmes engagées dans la politique et dans divers domaines de la société ; des organisations féminines ainsi que des Hommes genrés, ont réfléchi sur la possibilité d’une meilleure représentativité de la Femme dans les instances de prise de décision en RD Congo, lors des prochaines échéances électorales.

Le soutien des femmes congolaises qui ont échoué aux dernières élections en République démocratique du Congo (RDC) et relever les défis et obstacles qui ont concouru à cet échec, c’est l’objectif poursuivi par cet atelier organisé par le Réseau des Femmes politiques pour la performance aux échéances électorales (RFPoPEE), du 11 au 12 décembre 2019 à Goma (Nord-Kivu).

Placé sous le thème « à bâton rompu », le débat a tourné autour de l’implication de la gente féminine dans le soutien des femmes congolaises ayant échoué aux dernières échéances électorales.

« Nous avons voulu faire comprendre aux femmes l’organigramme des pouvoirs en RDC qui est composé de l’Exécutif, de Législatif et de Judiciaire et le rôle de chaque type de pouvoir. Ce, dans le but de montrer à ces femmes que la maîtrise de ces structures de base et leur mode de fonctionnement leur permettront à ne pas se désorienter sur terrain lorsqu’elles s’engagent en politique », a expliqué Victorine Muhima, secrétaire du RFPoPEE.

Nécessité d’un budget participatif

Au cours de ces échanges, les participants ont noté qu’il y a nécessité d’un budget participatif pour le pays et les provinces, lequel budget prendra en compte les problèmes de la femme rurale. Selon eux, c’est l’une des voies pour relever les défis de la femme congolaise.

« Un bon budget du pays doit tenir compte du plan, programme et projet que soumet son peuple qui est à la base; surtout les femmes qui sont actrices et facteurs de développement dans une société.  Et une bonne planification d’un Budget au pays va conduire la population qui est  composée en majorité des femmes, à mieux prévenir l’avenir en définissant les objectifs à long terme et en évaluant l’évolution de l’exécution de ce Budget, en ce qui concerne la bonne affectation des ressources pour l’intérêt de la population rurale », souligne pour sa part, l’un des membres pédagogiques du RFPoPEE.

Pour Thomas d’Aquin Mwiti, acteur de la société civile congolaise, les femmes doivent intérioriser la culture de la bonne citoyenneté et bannir  les antivaleurs qui les divisent, en s’unissant autour des valeurs. « Ça sera le début de leur succès politiquement », croit-il savoir. Avant d’appeler les hommes au sens de la « masculinité positive ».

La vice-gouverneur du Nord-Kivu, Marie Lumoo Kahombo, entourée des Femmes de RFPoPEE

Recommandations

À l’issue de cet atelier, les femmes ont formulé des recommandations aux parties prenantes. Elles invitent les femmes perdantes aux dernières échéances électorales de « garder un contact permanent avec leurs bases ; se valoriser et valoriser d’autres femmes dans la dignité ; d’adhérer et de militer dans des partis politiques en y occupant des postes de direction ; développer une approche médiatique dans toutes les actions… »

Émilie Katondolo, Cheffe de programme au sein de la Synergie des femmes pour les victimes des violences sexuelles, organisation partenaire du RFPoPEE, pense que l’échec des femmes lors des élections, est consécutif au « non soutien et au manque de confiance de la majorité des femmes électrices auprès des femmes candidates ». Ainsi, recommande-t-elle le soutien tous azimuts des femmes pour briser toutes ces barrières de la non-représentativité.

Pour la Vice-gouverneur du Nord-Kivu, Marie Lumoo Kahombo qui a clôturé les travaux de cet atelier, les objectifs poursuivis par le RFPoPEE rencontrent l’esprit du programme quinquennal du gouvernement provincial du Nord-Kivu qui met un accent particulier sur la promotion des femmes dans la gestion de la chose publique. « Dans les jours qui viennent, je voudrais bien vous appeler des femmes victorieuses aux élections et cela passe par la mise en œuvre de toutes ces recommandations formulées lors de cet atelier, que vous devriez appliquer pour qu’on en arrive là et cela, dans l’unité », a-t-elle dit.

Par ailleurs, le Réseau des Femmes Politiques pour la performance aux échéances électorales dont le siège est à Goma a annoncé la tenue, dans les prochains jours, d’autres ateliers afin d’évaluer progressivement ces recommandations.

Melis Boasi, correspondant à Goma