RDC: LA FEC ET TMEA S’ENGAGENT A FACILITER LE COMMERCE TRANSFRONTALIER DES FEMMES

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La facilitation du commerce transfrontalier des femmes congolaises est la plus grande des priorités contenue dans la feuille de route qui va guider le partenariat entre la Fédération des entreprises du Congo (FEC) et Trade Mark East Africa (TMEA), assorties de l’atelier organisé, le jeudi 12 décembre 2019 à Goma (Nord-Kivu). A l’issue de ces travaux, les participants ont adopté et validé les recommandations issues de l’atelier organisé du 26 au 27 novembre 2019.

Melis BOASI, Correspondant à Goma

« Notre plaidoirie auprès des partenaires internationaux pour l’appui de la FEC va se pencher essentiellement sur le programme des femmes congolaises qui œuvrent dans le commerce transfrontalier et qui constituent un chiffre non négligeable en RDC. La grande part du budget de TMEA qui sera alloué à la FEC, sera orientée à ces femmes afin de les aider à surmonter toutes les difficultés du terrain. Car, nous en avons l’expertise », a déclaré Aimé Nzoyihera Directeur-Pays RDC de Trade Mark East Africa. Il note que, ce moment marque le début de l’application des clauses du partenariat entre la FEC et l’organisation TMEA.

Selon Aimé Nzoyihera, l’intervention de Trade Mark East Africa dans ce secteur va constituer essentiellement à fournir des informations nécessaires aux femmes congolaises qui sont dans le commerce transfrontalier, les renforcer en capacité sur les notions liées aux nouvelles technologies de l’information et de la Commercialisation et aussi, les faciliter à accéder à des financements pour accroître leur capital de commerce.

La FEC très engagée

Au nom du représentant de la FEC au Nord-Kivu, Mwanza Hamissi Singoma, son adjoint a salué les avancées significatives dans la matérialisation du partenariat avec Trade Mark East Africa. « Ceci va permettre aux entreprises privées de l’Est du pays d’être plus compétitives sur le marché sous régional des communautés économiques des pays de l’Afrique de l’Est, grâce à la facilitation du commerce transfrontalier qui passe par le renforcement du partenariat public-privé, l’élimination des barrières douanières et la création de l’agence nationale de normalisation », a-t-il fait remarquer.

De son point de vue, la FEC en tant que secteur  privé, va continuer dans la plaidoirie auprès de l’État congolais pour que la réalisation de ces engagements soit plus rapide et plus efficace.

Pour sa part, Nelly Pashome Ndondoboni, vice-présidente en charge du commerce transfrontalier à la Commission nationale des femmes entrepreneures de la FEC, affirme que cette démarche va rehausser le niveau des femmes dans le commerce transfrontalier. « Les femmes congolaises à elles seules occupent 80% de marchés transfrontaliers mais, elles le font sans être formalisées. Au niveau de la FEC, nous allons identifier ces femmes, les former selon le secteur de chacune d’entre elles, en gestion de capital de commerce », a-t-elle renchéri.

Par ailleurs, facilitatrice de cet atelier, Yvette Mwanza souligne que les parties prenantes se sont pleinement engagées à respecter cette feuille de route qui a été adoptée en plénière et sera appliquée dans le strict respect du calendrier établi quant à ce.

En outre, il sied de noter que cette rencontre a réuni les représentants des Fédérations des entreprises du Congo des provinces du Nord-Kivu, Sud-Kivu, Ituri et Kinshasa. Une prochaine rencontre dans ce sens est prévue  en 2020.