La fibre patriotique

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La thèse de la balkanisation de la RDC par sa partie Est est de nouveau sur la sellette. Elle défraie actuellement la chronique. Le président de la République s’est même prononcé là-dessus. Il a fait valoir que « tant qu’il sera à la tête de l’État, la balkanisation n’aura pas lieu. Il a dit sa détermination de ne laisser partir aucun m² du territoire national tant qu’il présidera aux destinées de ce pays ».

Le Potentiel

Il y a lieu de noter également que deux leaders religieux, en l’occurrence le catholique cardinal Fridolin Ambongo et le protestant président national et représentant légal de l’Église du Christ au Congo (ÉCC), viennent aussi de dire ‘‘Non à la balkanisation de la RDC’’. Ils ont alerté sur le risque que court la République démocratique du Congo de perdre sa partie Est, si les autorités ne font rien face à la situation qui prévaut dans cette partie du pays depuis plusieurs années.

Les deux leaders religieux sont d’avis que l’absence de l’autorité de l’État dans cette partie de la RDC est à la base d’un plan réfléchi de cette balkanisation dénoncée. Qu’à cela ne tienne, il ne faut pas oublier que, depuis l’aube de l’indépendance, aucun agenda de partition du pays n’a jamais réussi. De la sécession katangaise en 1960 aux épopées sans lendemain du général Laurent Nkunda et du colonel Sultani Makenga au Nord-Kivu en passant, notamment par la sécession kasaïenne et la République populaire du Congo, proclamée par, entre autres, Antoine Gizenga en 1964. Sans oublier l’implosion de l’ex-Zaïre recherchée, d’octobre 1996 à mai 1997, par les armées rwandaises, ougandaises et burundaises, sous couvert de l’AFDL (Alliance des Forces démocratiques pour la libération du Congo). Entre 1998 et 2003, la RDC avait momentanément éclaté en plusieurs Républiquettes avant de se réunifier à la faveur du Dialogue intercongolais à Sun City en Afrique du Sud.

En dépit de ces tentatives de balkanisation, le Congo démocratique est resté un et indivisible, forts du sentiment des Congolais d’appartenir à une seule nation. Alors, trêve de  distractions et autres futilités pour les hommes politiques afin de se pencher dans l’unité sur cette question de balkanisation qui mettrait en mal la souveraineté de la RDC. Et au peuple de continuer à faire vibrer la fibre patriotique.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *