Le PPRD et la Grande Bretagne font le point sur les défis à relever en faveur du progrès social en RDC

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La marche de la RDC post-alternance avec ses nombreux défis sociaux, économiques et sécuritaires à relever, ont été au menu des échanges, vendredi 14 février à Kinshasa, entre le Secrétaire permanent du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), Emmanuel Ramazani Shadary, et le chargé d’affaires de l’ambassade britannique Paul Arkmnight. Les deux personnalités se sont accordé sur la nécessité des réformes en faveur du progrès social. Des réformes que doit mener la coalition au pouvoir (FCC-CACH).

Pitshou Mulumba

Le Secrétaire permanent du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), Ramazani Shadary, s’est entretenu, vendredi 14 février dans son cabinet de travail au siège national du PPRD situé dans la commune de la Gombe, avec le chargé d’affaires de l’ambassade britannique à Kinshasa Paul Arkmnight.
Les deux personnalités assistées de leurs collaborateurs ont fait le tour d’horizon sur la marche de la RDC et les défis majeurs à relever dans plusieurs domaines.

De cette entrevue, la Grande-Bretagne et le parti de Joseph Kabila ont dégagé un entendement commun sur le redécollage de la RDC qui nécessite l’implication de tous les acteurs politiques. Et il incombe à la coalition au pouvoir (FCC de l’ancien Président Joseph Kabila-CACH du Président de la République Félix Tshisekedi) de bien mener la barque à destination.

Pour rappel, la RDC post-alternance est appelée à relever des défis majeurs. Il y a notamment : la paix et la sécurité, ainsi que la restauration de l’autorité de l’Etat pour l’émergence économique et politique. Le pays de Félix-Antoine Tshisekedi et de Joseph Kabila doit également relever le défi de la stabilité politique et institutionnelle qui suppose un Etat de droit, une Justice pour tous et un large consensus politique permettant le règlement des différends et conflits par la voie judiciaire et celle du dialogue.

À ces défis, s’ajoute la nécessité d’une bonne gouvernance générale de l’Etat au sens large, tant au plan politique, qu’économique, social, militaire, sécuritaire et diplomatique. C’est ici que des grandes réformes sont attendues en vue de l’optimisation de la mobilisation des ressources financières et la lutte contre l’évasion fiscale, la corruption et l’impunité.

Pour toutes ces questions, la Grande Bretagne par la voix de son Chargé d’affaires a exprimé la volonté d’accompagner la RDC dans les différentes réformes en chantier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *