Fally n’est pas falot

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un ministre est dit ’’falot’’ s’il est un personnage effacé ou insignifiant. Fally Ipupa est-il un artiste falot ? Non.

Ben-Clet

         Son concert tout étincelant à Paris, le dernier week-end de février 2020, marquera à jamais ses contemporains : fans, sympathisants, concurrents et ’’combattants-résistants ex-Congolais’’. Jamais auparavant, un chanteur-compositeur-danseur de la RD Congo n’avait dompté les spectateurs de si belle manière sur une scène européenne.

Quelqu’un vient de le réaliser. La salle d’Accor Hôtels Arena, ce 28 février-là, était archicomble. Les admirateurs n’étaient pas que Congolais. L’évènement a rassemblé du monde au-delà du continent africain.

Se moquant de la bravade des ’’combattants’’, le concert a bel et bien eu lieu. Il faut avouer que plusieurs compagnies de gendarmerie et des Compagnies républicaines de sécurité (CRS) avaient été mobilisées.

Néanmoins, ce dispositif policier n’a pas empêché de tourner les affrontements en spectacle. C’est ainsi que, faute de tenir tête à la police, la marginale diaspora s’est ruée rageusement, avec du feu, sur les poubelles publiques, les scooters, les voitures et les bus stationnés dans les environs de la gare de Lyon. Conséquence logique : les procès en flagrance ont débuté contre 80 trublions. «Noko alokí bangó» ?

Quel préjudice pour les innocents dont les biens ont été consumés par le feu ! Quel coût pour maintenir l’ordre public par le gouvernement français ? Quelle sale réputation pour la RD Congo ? Quel avenir pour la carrière à l’international des artistes congolais méritants ?

Tout cet énorme gâchis, rien qu’à cause de la jalousie, de la haine contre des jeunes qui luttent honnêtement pour réussir dans la vie ! Ce type de combat, les ’’combattants’’ ex-Congolais le perdront, car ils seront combattus et battus à plate couture.