Tshisekedi – Kabila: Pour le meilleur et pour le pire

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le climat tendu vécu ce dernier temps au sein de la coalition FCC-CACH s’est normalisé depuis la rencontre de deux autorités morales, la semaine dernière à N’sele.  Plus de peur que de mal, les violons semblent s’accorder et les haches de guerre enterrées.  

En témoigne la reprise des activités au Palais du peuple, ce lundi 16 mars 2020. Les députés nationaux sont conviés à l’ouverture de la session de mars, preuve de la sporadique entente des partenaires au pouvoir. Il n’y aura pas dissolution du Parlement, comme souhaitée par la société civile, l’Eglise catholique et une bonne partie de la population. Tshisekedi ne renverra pas les élus nationaux au chômage. Joseph Kabila a usé de ses stratégies pour calmer la tempête. Certainement que l’ouragan était en sa défaveur. Selon plusieurs sources, l’autorité morale du FCC a fait des concessions énormes et sacrifié quelques-uns de ses proches, considérés comme trouble-fête par le Cap pour changement (CACH) de Félix Tshisekedi. Tout cela, pour obtenir l’assurance de son partenaire.

La philosophie de la politique changera du coup. Les bévues constatées régulièrement dans l’agir des cadres de deux plateformes politiques ne pourront se répéter. Chacun calme ses troupes pour maintenir la sérénité de la coalition. Certains leaders ne seront pas au-devant de la scène comme jadis. Tout le monde contrôlera bien son langage pour ne pas scier la blanche sur laquelle il est assis. L’ordre vient ainsi d’en haut.

Mais c’est une paix de cimetière. Un calme de courte durée, étant donné les ambitions des uns et des autres. « Une paix de façade qui compromet le développement du pays, au profit d’une poignée d’individus au pouvoir », s’indigne Christian Kongo, activiste des droits de l’homme. Déjà, cette rencontre n’avait pas plu à Martin Fayulu qui a appelé le peuple à ne se focaliser que sur les vrais enjeux.

Les non-dits

Des sources proches de la coalition témoignent que Kabila et Tshisekedi se sont parlé à cœur-ouvert. Ils se sont dit des vérités en face, avant d’arriver à un accord de principe. Le Comité de suivi de l’accord de la coalition ne sera pas le même. Les négociateurs Augustin Kabuya et Jean-Marc Kabund pour le CACH et Néhémie Mwilanya et Ramazani Shaddary pour le FCC seront changés, peut-être. Le directeur de cabinet du Chef de l’Etat était convié à cette rencontre et a beaucoup joué dans l’apaisement des esprits, selon une source proche du CACH. Vital Kamerhe avait en son temps facilité le contact entre les deux protagonistes qui étaient en voie de devenir antagonistes.

Certains observateurs estiment que Kabila a tout fait pour que la paix revienne, un avantage pour lui de gagner du temps et éviter la dissolution du Parlement qui lui serait fatale. D’autres analystes parlent du Chef de l’Etat qui est tombé dans le piège du FCC. En dépit de ces conciliabules, les deux camps s’observent et se méfient prudemment l’un de l’autre.

Cependant, le souhait de la population est de voir les partenaires qui dirigent le pays subvenir aux besoins les plus primaires du peuple. Ceci passe par une attitude responsable qui exclut hypocrisie et haine viscérale, conjuration et coups bas. Le calumet de la paix fumé doit porter des fruits, en lieu et place de distraire les gens pour gagner du temps. Les deux partenaires ont décidé de convoler aux justes noces pour le meilleur et pour le pire. Malgré les secousses du parcours, ils s’aiment et ils s’aimeront encore pour quelques beaux jours.

Edo Bamu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *