L’ONU accuse les forces de sécurité congolaises et des miliciens de crimes de guerres dans le Kasaï

Dans ce rapport de 18 pages intitulé « Le sort des enfants en temps de conflit armé en République démocratique du Congo », le secrétaire général des nations Unies charge les forces de sécurité de la République démocratique du Congo et des miliciens de crime de guerre et crime contre l’humanité lors des différents conflits armés qui ont eu lieu en RDC.

Publié le 25 juin, ce rapport porte sur la période allant du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2017 et donne principalement des informations sur six catégories de violations graves commises contre des enfants, sur les auteurs de ces actes et sur le contexte dans lequel ceux-ci ont été commis. Le rapport met en évidence les tendances et constantes des violations graves commises contre des enfants par toutes les parties au conflit et décrit l’aggravation de l’impact des conflits armés sur les enfants.

Tout aussi, cette enquête donne un aperçu des progrès accomplis dans la lutte contre ces violations, y compris à travers la mise en œuvre des plans d’action conclus par le Gouvernement de la République démocratique du Congo et l’Organisation des Nations Unies. Le rapport conclut par des recommandations visant à faire cesser et à prévenir les graves violations commises contre les enfants en RDC et à améliorer les mesures prises pour protéger ces derniers.

Ci-après, quelques extrais de ce rapport présenté au Conseil de sécurité par le SG de l’ONU.

Quelques miliciens Kamuina Nsapu (photo internet)

Lire la suite de à proposL’ONU accuse les forces de sécurité congolaises et des miliciens de crimes de guerres dans le Kasaï

Modeste Mutinga : « On tue à petit feu le peuple du Kasaï »

Écrit par Le Potentiel

Le Grand Kasaï, terrain de graves violences depuis 2016, a besoin d’une grande mobilisation tant nationale qu’internationale pour panser ses plaies. Les atrocités qui ont opposé les forces loyalistes aux miliciens du grand chef Kamuina Nsapu ont conduit à un grand désastre humanitaire. Outre les déplacés du Kasaï aussi bien en Angola qu’à l’intérieur de la RDC, qui se comptent par milliers, 770.000 enfants du Kasaï souffrent de malnutrition aigue. C’est la très sérieuse Unicef qui lance l’alerte. Sénateur, élu du Kasaï, président du Parti des démocrates pour la bonne gouvernance (PDG) et de la plateforme électorale Alliance pour l’alternance démocratique (AAD), Modeste Mutinga n’est pas resté indifférent face au drame qui s’abat sur sa province d’origine. Il appelle dès lors à une grande mobilisation nationale et internationale pour redonner vie à ce peuple du Kasaï, condamné presqu’à l’extermination. Lire la suite de à proposModeste Mutinga : « On tue à petit feu le peuple du Kasaï »