L’ONU accuse les forces de sécurité congolaises et des miliciens de crimes de guerres dans le Kasaï

Dans ce rapport de 18 pages intitulé « Le sort des enfants en temps de conflit armé en République démocratique du Congo », le secrétaire général des nations Unies charge les forces de sécurité de la République démocratique du Congo et des miliciens de crime de guerre et crime contre l’humanité lors des différents conflits armés qui ont eu lieu en RDC.

Publié le 25 juin, ce rapport porte sur la période allant du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2017 et donne principalement des informations sur six catégories de violations graves commises contre des enfants, sur les auteurs de ces actes et sur le contexte dans lequel ceux-ci ont été commis. Le rapport met en évidence les tendances et constantes des violations graves commises contre des enfants par toutes les parties au conflit et décrit l’aggravation de l’impact des conflits armés sur les enfants.

Tout aussi, cette enquête donne un aperçu des progrès accomplis dans la lutte contre ces violations, y compris à travers la mise en œuvre des plans d’action conclus par le Gouvernement de la République démocratique du Congo et l’Organisation des Nations Unies. Le rapport conclut par des recommandations visant à faire cesser et à prévenir les graves violations commises contre les enfants en RDC et à améliorer les mesures prises pour protéger ces derniers.

Ci-après, quelques extrais de ce rapport présenté au Conseil de sécurité par le SG de l’ONU.

Quelques miliciens Kamuina Nsapu (photo internet)

Lire la suite de à proposL’ONU accuse les forces de sécurité congolaises et des miliciens de crimes de guerres dans le Kasaï

L’ONU s’en tient au calendrier de la Céni

Le Conseil de sécurité vient de taper du poing sur la table. Kinshasa doit ouvrir l’espace politique à tous les acteurs pour garantir des élections inclusives et véritablement démocratiques.  A l’issue de sa réunion de lundi consacrée au processus électoral en RDC, le Conseil de sécurité a décidé de faire tout ce qui est possible pour s’assurer que les élections du 23 décembre seront organisées dans les conditions requises de transparence, de crédibilité, d’inclusivité et de sécurité ». Un message  clair lancé à Kinshasa employé présentement à torpiller le processus électoral.  Autant dire que le Conseil  de sécurité s’en tient au calendrier de la Céni, malgré les atermoiements de la MP.

Caricature 7321/Kash Thembo

Lire la suite de à proposL’ONU s’en tient au calendrier de la Céni

Face à la communauté internationale, Kinshasa opte pour un discours souverainiste

Écrit par Donatien Ngandu Mupompa

La RDC argue que la MONUSCO n’est pas appelée à rester éternellement dans ce pays, ne peut se substituer à la CENI, et les organismes qui ont initié unilatéralement la conférence de Genève ont violé les textes internationaux en la matière. Lire la suite de à proposFace à la communauté internationale, Kinshasa opte pour un discours souverainiste

Forum humanitaire de Genève: Kinshasa se radicalise dangereusement

Écrit par Le Potentiel

Kinshasa a décidé de voguer à contre-courant de la volonté exprimée par les Nations unies dans la résolution 2409 du Conseil de sécurité. Que des déclarations incendiaires, augurant d’une période préélectorale particulièrement agitée. Lundi, le PPRD s’est distingué par des attaques directes contre le président de « Ensemble pour le changement ». Mardi, le chef de la diplomatie congolaise, a accusé l’Onu de vouloir prendre en otage la RDC. Kinshasa se radicalise et le ciel s’assombrit entre le gouvernement et l’Onu. Lire la suite de à proposForum humanitaire de Genève: Kinshasa se radicalise dangereusement

Repli stratégique

Le collectif d’intellectuels laïcs catholiques, proches de l’épiscopat rd congolais, regroupés autour du Comité laïc de coordination (CLC), organisateur des marches pour le départ du président Joseph Kabila, s’en remet, pour ce faire, au secrétaire général de l’Onu. À qui il propose de « faire du 30 avril la date ultime » pour la mise en œuvre par le régime de Kinshasa des mesures de décrispation politique : « libération des prisonniers politiques » et « annulation des poursuites judiciaires contre les opposants et/ou exilés politiques». Le CLC le fait savoir dans une lettre adressée à l’intéressé et dont copie est parvenue à la presse. Lire la suite de à proposRepli stratégique