Élections en RDC : forte pression du congrès des USA sur Trump

Après le Sénat américain qui a pris le 22 juin 2018 une résolution imposant de nouvelles restrictions à un certain nombre de dirigeants de la RDC impliqués dans le gel du processus électoral en RDC, c’est finalement les deux chambres du congrès des Etats-Unis, à savoir le Sénat et la chambre des représentants, qui s’accordent sur une série de sanctions, dont le gel des biens de certains caciques du pouvoir en place, reconnus responsables de graves violations des droits de l’homme. Avec toutes ces mesures, le Congrès presse de plus en plus l’administration Trump à agir pour remettre de l’ordre en RDC. Ce qui passe par la tenue inévitable des élections le 23 décembre 2018. Lire la suite de à proposÉlections en RDC : forte pression du congrès des USA sur Trump

Un conseil de l’administration Trump au président Kabila

« Le Président Kabila peut devenir un héros dans l’histoire congolaise, s’il façonne, en décembre de cette année, le premier transfert pacifique, crédible et démocratique du pouvoir de son pays »

Après John Kerry, ancien secrétaire américain sous Barack Obama, qui a tenu le même discours il y a deux ans lors de son passage à Kinshasa, c’est le tour de la chargée d’affaires des Etats-Unis en RDC de montrer au président Joseph Kabila la voie à suivre pour une sortie honorable après 17 ans d’exercice du pouvoir. Jennifer Haskell estime que « le Président Kabila peut devenir un héros dans l’histoire congolaise, s’il façonne, en décembre de cette année, le premier transfert pacifique, crédible et démocratique du pouvoir de son pays a souligné l’importance du rôle de la population dans l’avènement du changement en RDC ». Autrement dit, pour les USA, il est exclu que Joseph  Kabila prétende à un 3ème mandat.

CAR 7353/Kash Thembo

Lire la suite de à proposUn conseil de l’administration Trump au président Kabila

Entraves au processus électoral : Washington frappe encore

Décidément, l’administration Trump ne porte pas à cœur le pouvoir en place à Kinshasa. Après avoir claqué la porte du Conseil des Nations unies pour les droits de l’Homme, en évoquant, notamment, l’admission de la RDC, Washington vient d’allonger la liste des sanctions prises antérieurement à l’endroit des autorités congolaises. Même si les noms des personnalités visées ne sont pas encore révélées, il reste vrai que des figures de la MP sont déclarées persona non grata sur le sol américain en raison des entraves qu’elles imposent au processus électoral. C’est dire que Washington n’entend pas transiger  quand il s’agit de ramener la RDC sur la voie de l’alternance démocratique.

CAR 7348/Kash Thembo

Lire la suite de à proposEntraves au processus électoral : Washington frappe encore