Genève et après ?

Partager
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages

La tempête continue de souffler au sein de l’opposition politique, principalement dans le « Lamuka », un nouveau vent créé par un groupe de sept leaders de l’opposition à Genève, en Suisse. Après le volte-face du président national de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), Félix Antoine Tshisekedi et celui de son homologue de l’Union pour la nation congolaise (UNC), Vital Kamerhe, les cinq « leaders » qui restent encore dans le navire semblent déterminer à aller jusqu’au bout.

Le groupe de 5 va-t-il continuer avec le même zèle et la même détermination ? Surtout, les 5 vont-ils cheminer ensemble tout en étant guidés par l’Accord dit de Genève ?

Visiblement, Jean Pierre Bemba et ses pairs tiennent toujours. En véritables hommes d’État, ils ne cessent de manifester leur solidarité et leur soutien à Martin Fayulu Madidi, le candidat commun de l’opposition à la présidentielle du 23 décembre 2018, désigné il y a quelques heures à l’issue de longs moments d’échanges.

Ce qui parait prioritaire pour l’instant, à moins de dix jours du lancement de la campagne électorale, c’est de peaufiner des stratégies pouvant leur permettre de mieux faire. Martin Fayulu Madidi et son groupe ont l’obligation de résultat. Ils doivent prouver à la face du monde qu’ils sont capables de se surpasser, de mettre de côté leurs ego et considérer l’intérêt supérieur de la nation.

Pour avancer dans les larges et braver les vagues de ce grand océan électoral qui s’annonce, le groupe de 5 doit oublier le revirement de Félix Tshisekedi et son partenaire occasionnel Vital Kamerhe, qui ont préféré obéir à leurs « bases » qu’au respect de leurs signatures. Ce qui pourra permettre l’alternance au pouvoir et redonner aux Congolais leur fierté. Etant donné que pour l’instant et malgré le démon de division qui le mine, le groupe « Lamuka » a tout le soutien d’une bonne partie de la population congolaise qui aspire au changement. Sinon, Genève n’aura servi à rien.

 

One thought on “Genève et après ?

  1. Le G5 sur la bonne voie
    L’esprit conciliateur des membres du G7-2 est un facteur d’espoir pour nous les Citoyens désireux du changement d’orientation à la tête du pays. Au lieu de se laisser aller aux invectives et insultes contre les deux déserteurs- Tshisekedi et Kamerhe, les autres dirigeants Bemba, Fayulu, Katumbi, Matungulu et Muzito- appellent plutôt leurs compatriotes à mûrir leur réflexion et à les rejoindre de nouveau dans la lutte pour l’alternance démocratique. Faisant taire leurs sentiments personnels au profit de l’intérêt supérieur de l’objectif national du 23 décembre, ils démontrent un bel exemple de dirigeants capables de s’effacer au profit du NOUS, le MOI n’étant pas de mise dans cette lutte qui n’est pas gagnée d’avance et où chaque vote compte pour le devenir de notre pays. Ils sont capables de prendre des engagements et surtout de les respecter. C’est ce dont nous avons besoin pour mettre fin à la gabégie et la jungle des Kabilistes et à la misère noire des Congolais.

    le patriote Vini Mbilo

Comments are closed.