RDC : le Ministère de la Santé enregistre 46 nouveaux cas de l’épidémie à virus Ebola en une semaine

Partager
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages

La situation épidémiologique d’Ebola ne s’améliore pas. 46 nouveaux cas ont été confirmés en une semaine dans les deux provinces (Nord-Kivu et Ituri)  où un nouvel essai clinique a été lancé en vue de tester l’efficacité des trois thérapies prometteuses, a annoncé le communiqué du Ministère de la Santé publique.

Dans un communiqué publié, mercredi 28 novembre 2018, le Ministère de la Santé publique renseigne que, la semaine allant du 19 au 25 novembre 2018, il a enregistré 309 cas suspects investigués et testés au laboratoire, 46 nouveaux cas confirmés, dont 16 à Katwa, 14 à Beni, 7 à Kalunguta, 6 à Butembo, 2 à Oicha et 1 à Mutwanga.  Au cours de la même semaine, 24 nouveaux décès de cas confirmés, dont 9 à Beni, 8 à Butembo, 4 à Katwa, 1 à Kalunguta, 1 à Mutwanga et 1 à Oicha ont été rapportés.

Pour sa part, l’ONG « The alliance for international medical action » a annoncé, dans communiqué publié lundi, avoir recruté dans un essai clinique « thérapeutique » des personnes dans le but d’établir l’innocuité et comparer l’efficacité de trois (…) thérapies Ebola prometteuses, afin de sauver plus de vies ».

Quant à cette ONG gérant un centre de traitement de 61 lits, l’essai encadré par un « protocole scientifique et éthique solide est multicentrique et contrôlé ».  « Malgré tous les efforts mis en œuvre par les équipes ALIMA sur le terrain pour prendre en charge les malades confirmés Ebola, la mortalité de nos patients reste élevée, supérieure à 50% », a indiqué le Dr Billy Sivahera, coordinateur de ce projet d’essai clinique pour ALIMA.

Il sied de savoir que cet essai  est organisé par un consortium international  coordonné par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), dirigé et financé par l’Institut national de recherche biomédicale (INRB), en partenariat avec le ministère de la Santé, le National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID) qui fait partie des National Institutes of Health (NIH) des États-Unis, ALIMA et d’autres organisations.

Pour rappel, l’actuelle épidémie est la plus dangereuse qu’ait connue le pays. L’épidémie touche 13 localités dont la ville de Beni, repaire des rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF). Malgré les efforts du gouvernement et de ses partenaires, cette pandémie est loin d’être enrayée en RDC, constate-t-on.

Hervé Ntumba