Jean-Jacques Muyembe, lauréat du 3è Prix Hideyo Noguchi pour l’Afrique

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Japon décerne le 3ème Prix Hideyo Noguchi au Dr Jean-Jacques Muyembe Tamfum, pour la catégorie « Recherche médicale ». Et Dr Francis Gervase Omaswa reçoit la récompense dans la catégorie « Service médicaux ». Lors de la cérémonie de remise des prix, en août prochain, chaque lauréat recevra un certificat d’honneur, une médaille ainsi qu’une somme de 100 millions de yens (environ 1 million de dollars US).

Stanislas Ntambwe

Dr Jean-Jacques Muyembe est lauréat du 3è Prix Hideyo Noguchi pour la catégorie « Recherche médicale ». A côté de lui, il y a Dr Francis Gervase Omaswa qui reçoit aussi la récompense dans la catégorie « Service médicaux. 

L’annonce a été faite hier jeudi 25 avril par le Comité du Prix Hideyo Noguchi pour l’Afrique (PHNA). Ce, après que le Premier ministre japonais a pris la décision finale de décerner ce prestigieux prix aux heureux lauréats. Parmi ces derniers, le Congolais Jean-Jacques Muyembe-Tamfum et l’Ougandais Francis Gervase Omaswa.

Le Comité du Prix Hideyo Noguchi pour l’Afrique (PHNA) présidé par Dr Kiyoshi KUROKAWA, professeur émérite au GRIPS (National Graduate Institute for Policy Studies), a sélectionné les lauréats parmi les individus et les organisations recommandés par chaque sous-comité de la recherche médicale et des services médicaux. En se fondant sur les recommandations du Comité PHNA, le Premier ministre japonais a pris la décision finale.

Le domaine médical à l’honneur

Le Prix Hideyo Noguchi pour l’Afrique a pour but d’honorer des individus ou des organisations ayant obtenu des résultats remarquables dans les domaines de la recherche médicale et des services médicaux en vue de lutter contre les maladies infectieuses ou autres en Afrique, contribuant ainsi à la santé et au bien-être des populations africaines et de l’humanité (par décision du cabinet, le 28 juin 2006).

La cérémonie de remise des oscars du 3ème Prix Hideyo Noguchi pour l’Afrique qui sera présidée par le Premier ministre du Japon. Elle aura lieu le 30 août 2019 à Tokyo (Japon). Ce sera à l’occasion de la 7ème Conférence Internationale de Tokyo sur le Développement de l’Afrique (TICAD 7) qui se tiendra du 28 au 30 août à Yokohama.

Chaque lauréat recevra un certificat d’honneur, une médaille ainsi qu’une récompense d’un montant de 100 millions de yens (environ 1 million de dollars US). La récompense est financée par le gouvernement du Japon et par une donation nationale et internationale. La cérémonie de remise du 2ème Prix Hideyo Noguchi pour l’Afrique avait eu lieu le 1er  juin 2013 à l’occasion de la TICAD V.

Qui est Jean-Jacques Muyembe ?

Dr Jean-Jacques Muyembe Tamfum est directeur général de l’Institut national de recherche biomédicale (INRB) et professeur de microbiologie médicale/virologie à la Faculté de médecine de l’Université de Kinshasa.

Le 3ème Prix Hideyo Noguchi pour l’Afrique décerné au Dr Muyembe est une récompense pour ses recherches sur la lutte contre le virus Ebola et d’autres virus mortels ainsi que pour ses efforts à former un groupe de combattants contre les maladies. Il a fait preuvre, pendant plus de cinq décennies, d’un courage remarquable, alliant intelligence et rigueur scientifiques dans ses recherches et dans la formation au sein de la RDC.

En 1976, Jean-Jacques Muyembe a notamment mis à jour l’existence des maladies inconnues jusqu’alors en RDC, collecté du sang et prélevé des tissus dans de dangereuses conditions, puis les a acheminés à l’Institut de médecine tropicale de Belgique, où le virus Ebola a été découvert. Depuis cette année, Dr Muyembe est à la pointe des recherches sur le virus Ebola. Il a en effet identifié la transmission nosocomiale et de sépulture comme étant les principales causes de propagation. l a aussi contribué à la recherche de vaccin et développé une thérapie par un traitement antisérum. En plus, il a formé une nouvelle génération d’intervenants face à la maladie et les scientifiques du laboratoire congolais.

Par ailleurs, Dr Muyembe Tamfum a créé un réseau international et des partenariats en dehors de l’Afrique, tel que le Centre international de recherches médicales de Franceville (Gabon), l’Institut national des maladies transmissibles (Afrique du Sud), l’Ecole de médecine vétérinaire, Université de Zambie (Zambie), L’institut de recherche médicale Noguchi (Ghana), l’Institut de médecine tropicale, Anvers (Belgique), l’Institut de recherche pour le développement, Université de Montpellier (France), l’Institut Robert Koch, Berlin (Germany), le Centre de contrôle et de prévention des maladies des USA, Atlanta (USA), l’Institut national de santé (USA), Université de Californie à Los Angeles (UCLA), l’Agence publique de santé du Canada (Canada), et des institutions japonaises de recherche y compris l’Institut national de Maladies infectieuses (Tokyo), à l’Université Hokkaido (Sapporo), à l’Université Nagasaki (Nagasaki), et le Centre national pour la santé mondiale et de médecine (Tokyo).