Lutte contre le virus Ebola : la Banque mondiale mobilise 300 millions de dollars

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Eu égard à la propagation de l’épidémie à virus Ebola sévissant à l’Est de la République démocratique du Congo, la Banque mondiale annonce le décaissement de 300 millions de dollars afin d’accroître son soutien à l’intervention mondiale.

Cette aide financière intervient juste après la réunion tenue à Genève par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) déclarant l’épidémie une urgence sanitaire de « portée internationale ». Il s’agit d’un deuxième financement après le décaissement de 100 millions pour la riposte du virus qui sévit au Nord Kivu depuis août 2018.

« Ensemble, nous devons prendre de toute urgence des mesures pour endiguer l’épidémie d’Ebola qui anéantit des vies et détruit des moyens de subsistance en République démocratique du Congo. Les populations et les agents de santé qui se trouvent en première ligne face à cette épidémie ont urgemment besoin de recevoir davantage d’aide et de ressources de la part de la communauté internationale pour empêcher cette crise de s’aggraver à l’intérieur du pays et de se propager à travers les frontières », a déclaré Kristalina Georgieva, directrice générale de la Banque mondiale.

A noter que dudit montant qui sera sous forme de dons et de crédits, sera financé en grande partie par l’Association internationale de développement (IDA) de la Banque mondiale et son Mécanisme de réponse aux crises.

Le communiqué de la Banque mondiale précise que le montant de l’aide annoncé aujourd’hui représente environ la moitié des besoins de financement prévus dans le quatrième plan de riposte stratégique (SRP4), qui devrait être finalisé la semaine prochaine par le gouvernement et un consortium international de partenaires participant à la lutte contre Ebola.

A l’heure actuelle, le bilan de l’épidémie de la maladie à virus Ebola s’élève à 2 592 cas et 1 743 décès. Le président de la République Félix Tshisekedi a modifié la configuration de l’équipe de la riposte contre cette maladie, en confiant la responsabilité au secrétariat technique du comité multisectoriel à une équipe d’experts, sous la direction du professeur Jacques Muyembe Tamfum.

Trois journalistes morts d’Ebola.

Par ailleurs, trois journalistes sont déjà morts à Beni de l’épidémie d’Ebola, déclarée depuis début août 2018, dans cette région du Nord-Kivu. Les journalistes de Beni qui ont donné le décompte se sont mobilisés, ce jeudi 25 juillet, en vue de demander aux autorités impliquées dans la riposte à revoir les stratégies en vue d’arriver à bout de cette maladie qui a déjà fait 1 743 morts.

Mobilisés, les journalistes appellent les autorités à corriger leur plan de communication en expliquant la maladie ainsi que ses conséquences. Début juillet, Mbusa Nyamwisi, un des leaders de la région de Beni qui a apporté sa contribution dans la lutte contre Ebola, avait annoncé que des failles communicationnelles dans la riposte. Mais en plus de cela, les journalistes de Beni veulent une coercition de la part des autorités.

Le ministre de la Santé publique Oly Ilunga a démissionné de ses fonctions lundi dernier à la suite de la décision du chef de l’État qui a modifié la configuration de l’équipe de la riposte contre la maladie, en confiant la responsabilité au secrétariat technique du comité multisectoriel à une équipe d’experts, sous la direction du professeur Jacques Muyembe Tamfum, rappelle-t-on.

Hervé Ntumba