L’heure de vérité

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il n’est plus qu’une question de quelques heures. La chambre haute du Parlement de la République aura désormais un bureau définitif. Ce qui signifie, en d’autres termes, que les honorables sénateurs choisiront les personnes qui devront diriger le bureau de cette prestigieuse chambre.

A l’heure où le monde entier a des yeux rivés sur la République démocratique du Congo. Arrive ainsi le moment où chaque sénateur, en ce qui le concerne, est appelé à voter en toute conscience.

Les honorables sénateurs, si réellement ils sont honorables, ont l’obligation de voter en âme et conscience. Point n’est donc besoin d’être influencé par des pressions inutiles venant de ceux qui s’appellent à tort ou à raison, « autorité morale ».

C’est l’heure de vérité ! Si d’un côté, l’on ne cesse de crier haut et fort détenir une majorité numérique, synonyme d’une élection déjà gagnée à l’avance, de l’autre on pense se trouver en face d’un concurrent facilement battable, quoi qu’ayant le soutien apparent d’une majorité longtemps « frustrée » et prête à surprendre désagréablement le camp de ceux qui ne croient pas au miracle.
Toutefois, les élus des élus savent distinguer le vrai du faux. Ainsi donc, la vérité étant têtue, finira toujours par triompher.

Difficile de prédire présentement avec exactitude ce qui se passera ce samedi à la chambre haute du Parlement de la République démocratique du Congo. Devant leurs consciences, les honorables sénateurs doivent ainsi décider sur l’avenir de leur chambre.

Gare à ceux qui sont habitués à acheter les consciences des élus. Cette fois-ci, ils risquent d’avoir la mal chance d’être dénoncés à temps, étant donné que les donnes ne sont plus les mêmes.

Chers sénateurs, vous ne valez pas des foutus billets verts que l’on vous présente. Que les intimidations des uns et des autres n’influencent guère votre propre conscience. Des billets verts que l’on peut vous exhiber à tout moment ne sont que des papiers. Des papiers qui, lorsqu’ils prennent le dessus sur vous, risquent de compromettre l’avenir de toute une nation.
Prenez donc conscience et décidez judicieusement sur l’avenir de la nation.