Les indemnités de sortie des membres du gouvernement Tshibala suscitent des réactions

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tous les membres du gouvernement Tshibala ont déjà perçu leurs indemnités de sortie. Une franche de la Société civile rejette cette information. De quel côté se trouve la vérité ?  

Contrairement à ce que d’aucuns pensent, tous les membres du gouvernement sortant du Premier ministre  Tshibala ont déjà perçu la totalité de leurs indemnités de départ, y compris les 19 ministres toujours en poste. Si la polémique déclenche l’ire au sein de la Société civile, la classe politique cache mal sa gêne, renseigne Jeune Afrique.

Alors que tout semble indiquer qu’en République démocratique du Congo, les longues et difficiles négociations pour la formation du gouvernement sont enfin entrées dans la dernière ligne droite, six mois après l’investiture de Félix Tshisekedi, c’est une polémique dont se seraient bien passé les principaux acteurs de la scène politique congolaise. Et en particulier les membres du gouvernement sortant.

Selon nos informations, ces derniers – y compris ceux ayant démissionné depuis – ont touché l’intégralité de leurs indemnités de sortie, alors que la nouvelle équipe n’a toujours pas été nommée, indique la même source.

La population congolaise attend depuis plusieurs mois la mise en place d’un nouveau gouvernement qui sera piloté par Sylvestre Ilunga Ilunkamba.  Réclamer ses indemnités de sortie, c’est un droit inaliénable. Mais, si réellement tous les anciens ministres ont déjà touché leur dû, les Congolais n’ont pas besoin de polémique. Ce qui les intéresse pour le moment, c’est la formation d’un nouveau gouvernement qui va se pencher sur leurs conditions existentielles.

Depuis quelque temps, les politiques congolais se comportent comme si les choses marchaient au pays. Ils prennent à la légère la misère de la population. Ils sont plutôt préoccupés par le partage de responsabilité au sein du gouvernement en gestation. Le temps qu’ils ont mis pour harmoniser leurs vue sur la taille du gouvernement…, en est une illustration éloquente.

LP