C’est désormais officiel : l’Enseignement primaire gratuit dès la rentrée scolaire 2019

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C’est l’une des promesses de campagne du président Félix Tshisekedi. Travailler à la gratuité de l’enseignement primaire et secondaire en RDC. Et c’est chose faite. Tous les frais de scolarité, sous toutes leurs formes, sont supprimés dans tous les établissements publics d’enseignement de base. L’annonce a été faite par le ministre a.i. de l’EPSP, Emery Okundji.

Pitshou Mulumba

La gratuité de l’enseignement primaire sera effective dès la prochaine rentrée scolaire prévue en septembre 2019.

Devant la presse, hier mercredi 21 août, le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP), Emery Okundji, a réitéré l’engagement du gouvernement de la République et la volonté du chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi, à rendre effective la gratuité de l’éducation de base, dès la rentrée scolaire 2019-2020.

Il est pourtant connu que c’est la prime versée par les parents aux enseignants qui pèse sur le pouvoir d’achat des Congolais. Ce sera ainsi la remise en cause d’un système mis en place depuis l’ère Mobutu, mais l’application de cette mesure pourrait lourdement peser sur les caisses de l’Etat. A cette préoccupation, Emery Okundji s’est montré rassurant. Une enveloppe est déjà prévue quant à ce, a-t-il indiqué.

Une table ronde pour les modalités pratiques

« Le gouvernement a le devoir de matérialiser cette disposition constitutionnelle et la volonté du président de la République. C’est ainsi que le ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel dont j’ai la charge ce jour a initié d’organiser une deuxième table ronde sur l’opérationnalisation de la gratuité de l’éducation de base », a annoncé le ministre a.i. de l’EPSP.

Pour rappel, la première table ronde tenue, à Lubumbashi en août 2016, avait relevé certaines contraintes qui n’ont pas permis d’atteindre les résultats attendus. Il s’agit notamment de la dégradation macroéconomique en 2015, l’insuffisance de préparation et d’accompagnement de la mise en œuvre de la politique de gratuité, le faible niveau des salaires des enseignants et des frais de fonctionnement alloués aux écoles primaires publiques ainsi qu’aux bureaux gestionnaires.

Selon Emery Okundji, l’objectif de la table ronde est d’examiner les modalités pratiques qui permettent la mise en œuvre effective de la gratuité de l’éducation de base, dès la rentrée scolaire 2019-2020. « Tous les partenaires éducatifs y sont invités. Et les débats vont s’appesantir sur le cadre légal et règlementaire, le financement, les conditions d’accueil des élèves, la formation des enseignants, la qualité des apprentissages et la gestion du sous-secteur de l’EPSP, en termes de rationalité, de transparence et de redevabilité », a fait savoir le ministre.

Toutes ces thématiques ciblées par le Comité interministériel préparatoires de ces assises seront abordées au sein de trois commissions afin d’aboutir à des résolutions et recommandations pertinentes devant engager toutes les partie prenantes. L’optique est de déboucher sur un consensus national autour de la mise en œuvre de la gratuité de l’éducation de base qui est attendu de tous partenaires éducatifs.

« En attendant les conclusions de la table ronde, je vous informe que tous les frais de scolarité, sous toutes leurs formes, sont supprimés dans tous les établissements publics d’enseignement de l’Education de base », a-t-il annoncé.

A une question d’éclairage, le ministre a.i. de l’EPSP a indiqué qu’il s’agit des frais de motivation, frais fonctionnement, minerval, assurance, identification des élèves, etc. Et les frais déjà perçus par des écoles doivent à partir de ce moment être remboursés aux parents, a-t-il souligné.

L’Etat va donc octroyer des frais de fonctionnement à tous les niveaux. Et le gouvernement, au-delà du réajustement des salaires des enseignants, prévoit, au bénéfice des enseignants ces derniers de Kinshasa d’abord, l’indemnité de transport et de logement.