REVUE DE PRESSE DU VENDREDI 20 SEPTEMBRE 2019

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La guerre déclenchée par le CLC contre l’impunité et la commémoration des victimes du 19 septembre 2016 sont parmi les sujets repris à la Une des tabloïds ce vendredi.

FORUM DES AS écrit : « Lançant hier le projet de lutte contre l’apatridie en RDC. Le VPM Tunda Ya Kasende : « Nous voulons inscrire le pays sur la liste des états civilisés ». Le tabloïd rapporte que le Vice-premier ministre, ministre de la Justice et garde de sceaux Célestin Tunda Ya Kasende a procédé, hier jeudi 19 septembre, au lancement du projet de lutte contre l’apatridie en RDC. S’adressant à plusieurs personnalités dont le représentant régional adjoint du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR), le VPM a indiqué que ce projet vise, entre autres, à aligner la RDC sur le chemin des Etats civilisés.

Et LA PROSPÉRITÉ précise que la mise en place de ce Comité s’inscrit dans la vision de la loi de 2004, relative à la nationalité congolaise, mais également les engagements pris par les Chefs d’Etat de la Région des Grands Lacs en octobre 2017 à Brazzaville, lors de l’adoption de la Déclaration et Plan d’Action sur l’éradication de l’apatridie dans la région des Grands Lacs.

Dans un autre registre, FORUM DES AS note : « Le CLC déclenche la guerre contre l’impunité ». Ce groupe de pression d’obédience catholique promet, dès lors, de déclencher une croisade nationale contre ce fléau à partir du 1er octobre. Entretemps, dans un communiqué diffusé hier jeudi, le Comité laïc de coordination exige la suspension des personnes impliquées dans le détournement des 15 millions de dollars du Trésor public.

Le sujet est également repris à la Une de LA PROSPÉRITÉ : « Affaire 15 millions USD : le CLC annonce une grande croisade nationale contre la corruption ! » « Nous pensons qu’on ne peut pas faire une enquête dès lors que les personnes sur lesquelles pèsent les soupçons puissent continuer à gérer les affaires courantes. Ce serait une situation où nous sommes devant des gens qui sont à la fois, juge et partie. Il faudrait qu’ils acceptent de se mettre de côté pour qu’effectivement la justice fasse réellement son travail », a laissé entendre le professeur Isidore Ndaywel.

LA PROSPÉRITÉ rapporte qu’« En mémoire des victimes du 19 septembre 2016 : Martin Fayulu et Lisanga Bonganga en première ligne à la messe d’action de grâce ». L’on note qu’il s’est tenu hier, jeudi 19 septembre, une grande messe d’action de grâce dans la paroisse Saint Joseph de Matonge à Kalamu, en mémoire des disparus du 19 septembre 2016. L’officiant du culte, l’abbé Noël Kibundulu a appelé tous les congolais à privilégier la paix, la justice et la tolérance qui sont le socle d’un vrai Etat de droit. Par ailleurs, les partisans de Lamuka disent se battre bec et ongles pour obtenir la véritable alternance tant réclamée par les congolais.

Et à propos des activités de l’Opposition hier, L’AVENIR écrit : « Manifestations publiques, La Police rappelle les organisateurs à l’ordre ». La Police informe que malgré le refus délibéré des organisateurs d’informer l’autorité urbaine, elle a encadré les militants de l’ECIDE du point de départ jusqu’à la paroisse Saint-Joseph. Pour la Police, cette marche qui visiblement été un piège tendu à la police, s’est déroulée sans incident malgré les provocations des militants et diverses insultes à l’endroit des autorités du pays. Le commissariat provincial de la police ville de Kinshasa saisi cette occasion pour rappeler aux responsables des partis politiques qu’aucune manifestation publique ne peut être organisée dans la capitale sans que l’autorité ne puisse en être informée au préalable conformément à la constitution du pays.

Dans son focus sur la RDC, RFI.FR écrit : « Tshisekedi à Bruxelles: la relance de la coopération UE-RDC en discussion ». L’on note qu’hier jeudi 19 septembre au soir, à 18h, à Bruxelles, après la fin de la visite officielle du président congolais Félix Tshisekedi en Belgique, une étape supplémentaire avait été rajoutée, à savoir une rencontre avec le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. Les deux hommes ont surtout discuté de la relance de la coopération entre l’Europe et la RDC, même si la question des sanctions européennes à l’encontre de la RDC est présente dans tous les esprits. Dans son bilan de la rencontre de Jean-Claude Juncker avec Félix Tshisekedi, la Commission européenne passe sous silence la question des sanctions.

Actualité parlementaire, « Mise en place des bureaux des commissions permanentes à l’Assemblée nationale, Mabunda renoue le contact avec les députés de l’opposition », annonce AFRICANEWS. L’on note que déterminée à aller de l’avant, la présidente de cette Chambre a, comme elle l’avait annoncé dans son discours d’ouverture de la session ordinaire de septembre 2019, reçu jeudi 19 septembre, une délégation des élus nationaux de l’Opposition parlementaire. C’était juste pour prendre langue en vue de faire avancer ce processus d’installations de différents organes de la Chambre basse.

À ce sujet, LE POTENTIEL écrit : « Assemblée nationale, Signal de rapprochement entre le bureau et l’Opposition pour la mise en place des commissions permanentes ». L’on note qu’à la suite de la suspension des députés de l’Opposition de leur participation aux travaux parlementaires depuis juin dernier, le bureau de l’Assemblée nationale avait opté d’ajourner la mise en place des bureaux des Commissions permanentes. La situation ne devrait plus durer dès lors qu’il en va du bon fonctionnement de la Chambre basse du Parlement. C’est dans ce cadre qu’un pré-contact a été établi hier jeudi 19 septembre au Palais du peuple entre les députés de l’Opposition et la présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda, entourée des autres membres du bureau.

Autres sujets, « Gouvernement : deuxième conseil des ministres ce vendredi », annonce le site CAS-INFO. L’annonce a été faite jeudi 19 septembre dans la soirée sur le compte Twitter de la primature, sans dévoiler l’ordre du jour. Il pourrait bien s’agir de la préparation de la loi de finances, exercice 2019 attendue au Parlement.

AFRICANEWS titre : « Le gouv’ Matubuana autorisé à rentrer à Matadi en pleine procédure judiciaire de levée de ses immunités. Le VPM Kankonde soupçonné de court-circuiter le PGR ».

 Il s’agit là d’un nouveau rebondissement dans la gestion de l’Affaire Atou Matubuana, le gouverneur du Kongo central suspendu en même temps que son second, Justin Luemba, pour leur implication présumée dans la scène de pornographie déplorée en pleine résidence officielle du gouverneur de cette province. Le vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur vient s’illustrer par un courrier dont le contenu fait jaser. Daté du 19 septembre 2019, le message phonique de Gilbert Kankonde demande au gouverneur intérimaire du Kongo central de prendre les dispositions utiles pour le retour du gouverneur Atou Matubuana et du vice-gouverneur Justin Luemba, autorisés par lui de regagner Matadi en vue de se mettre à la disposition de l’Assemblée provinciale pour vider la procédure appropriée. Difficulté d’interprétation des textes? Omission? Trafic d’influence? Aveu de corruption? Des questions fusent alors que tout indique que le vice-Premier ministre Kankonde semble se tromper quand il évoque la procédure législative au lieu de la procédure judiciaire déjà déclenchée par le réquisitoire du Procureur général près la Cour de cassation.

Un autre dossier à la Une de AFRICANEWS, c’est celui de la guerre de la rétrocession qui se poursuit aux PT-NTIC. Le journal écrit : « Ultimatum du cabinet Okundji à Kibassa ». Dans un communiqué de presse rendu public jeudi 19 septembre 2019 à Kinshasa, les membres du cabinet sortant demandent à l’actuel ministre des PT-NTIC, Augustin Kibassa Maliba, de bien vouloir leur restituer la totalité de la prime de rétrocession, qui constitue une motivation mieux une reconnaissance des efforts de mobilisation des recettes au profit du Trésor Public qu’ils ont consciencieusement et activement fournis au cours du mois de juillet 2019. A ce jour, la totalité de la somme représentant cette quote-part est détenue par le ministre Augustin Kibassa. Les membres du cabinet sortant avertissent quiconque qui s’hasarderait à donner une autre destination à ces fonds que de les remettre à leurs véritables bénéficiaires, qu’ils useront de toutes les voies légales afin de recouvrer leurs droits.

Pitshou MULUMBA