Le Festival international du cinéma de Kinshasa s’ouvre par « La miséricorde de la jungle »

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le film «La miséricorde de la jungle» du Rwandais Joël Kerekezi est annoncé à l’ouverture, le 17 octobre, du Festival international du cinéma de Kinshasa (Fickin).

Bienvenu Ipan

Kinshasa accueille, du 17 au 20 octobre 2019, la 6ème édition du Festival international de cinéma de Kinshasa (Fickin). L’équipe de coordination de ce grand événement cinématographique de Kinshasa a fait cette annonce le jeudi 10 octobre, à la presse. Ephraim Buyikana a indiqué que cette édition proposera, pour la première fois, des rencontres de co-productions de Kinshasa (RCK) dans le but de favoriser la coproduction de longs métrages de fiction en République démocratique du Congo.

«Dix projets de longs métrages de fiction seront sélectionnés et présentés à des professionnels de l’industrie du cinéma, des personnalités publiques, des mécènes du monde culturel, des responsables de télévision et des chefs d’entreprises en vue de dénicher des opportunités de financement et de collaboration », a-t-il fait savoir.

Le film du Rwandais, Joël Kerekezi, « La miséricorde de la jungle », est retenu à l’ouverture de cette 6ème édition.

Quatre sites sont également retenus pour abriter cette édition, avec 50 projections. Il s’agit de l’Institut français de Kinshasa (IFK) pour l’ouverture, l’Institut national des arts (INA), l’IFASIC et Don Bosco/Masina.

Un jury composé de Henry Kalama, Diane Diba, Micher Sunzu et Nana Levo supervisera cette activité. Six prix seront remis aux lauréats au cours de la soirée de clôture qui aura lieu le 20 octobre au village Chez Ntemba, situé non loin du Rond Point Forescom, à Gombe.

Plusieurs prix sont mis en compétition, notamment les prix de Meilleur actrice, Meilleur acteur, Meilleur film, Meilleur documentaire, Meilleur réalisateur et le prix du jury.

Le Festival du cinéma de Kinshasa a été créé pour contribuer au mouvement de l’émergence du cinéma en Afrique et donner un coup de pouce à la renaissance de la culture cinématographique rd-congolaise.