Épidémie à virus Ebola : MSF approuve le deuxième vaccin (Johnson & Johnson)

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’ONG « Médecin sans frontières » (MSF) section française juge louable l’introduction du deuxième vaccin pouvant accélérer la lutte contre l’épidémie à virus Ebola dans les provinces de l’Est de la RDC où l’épidémie a décimé bon nombre de personnes, en quatorze mois.

Animant une conférence de presse mardi 15 octobre, le chef de mission chargé des urgences, Tristan  Le Lonquer avait  affirmé que le nouveau vaccin a plus d’immunité que le Merck et protège aussi contre d’autres fièvres hémorragiques à part Ebola. « On pourra prévenir un éventuel retour de la maladie. Le vaccin Johnson & amp; Johnson qui se fait en deux injections propose d’avoir une immunité plus large que le vaccin proposé par Merck, c’est-à-dire que Johnson & amp; Johnson protège contre d’autres souches de la maladie à virus Ebola, et puis protège aussi contre d’autres fièvres hémorragiques », a déclaré le chef de mission urgence Nord-Kivu pour MSF/ France, Tristan  Le Lonquer

Ce dernier a approuvé l’efficacité du vaccin avant de souligner que « l’épidémie connaît une accalmie, mais n’est pas finie. Plus un grand nombre de personnes est vacciné ». L’équipe en charge de la riposte contre la maladie à virus Ebola a annoncé que l’administration du deuxième vaccin préventif sera effective dès le début novembre dans la ville de Goma (Nord – Kivu) où le dernier cas a été rapporté en juillet dernier.

Il sied de noter que l’éventualité d’introduction de ce deuxième vaccin avait provoqué l’ire du docteur Oly Ilunga, l’ancien ministre de la Santé jusqu’en juillet 2019. Il avait prévenu le président Felix Tshisekedi contre le consortium qui promeut ce vaccin produit par la société américaine Johnson & Johnson. Et, le principal investigateur de ce vaccin, Dr Jean – Jacques Muyembe, a affirmé que ce vaccin ne présente aucun effet secondaire indésirable. Il avait même démenti ce protocole, qui porte par ailleurs sa signature et qui a été présenté au ministère de la santé.

L’arrivée d’un nouveau vaccin est prévue pour ce 18 octobre. Deux quartiers sont ciblés notamment Majengo et Kahembe à Goma, rappelle-t-on.

Hervé Ntumba