Après le paiement des arriérés : la RDC recouvre tous ses droits au sein du FP-SADC

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sous l’impulsion du chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi, la RDC privilégie une politique étrangère axée sur le bon voisinage et le dialogue constructif. De cette diplomatie classique, la diplomatie parlementaire emboîte le pas. Et le nouveau bureau de l’Assemblée nationale, sous le leadership de Jeanine Mabunda, s’active ainsi pour redorer le blason du Parlement congolais.

Pitshou Mulumba

C’est dans ce cadre qu’à la réunion du comité exécutif du Forum parlementaire de la SADC dont les travaux se sont clôturés le 7 novembre à Johannesburg, en Afrique du Sud, le Parlement de la RDC, représenté par le 1er vice-président de l’Assemblée nationale, Jean-Marc Kabund, s’est acquitté de son engagement.

En effet, le gouvernement de la République a procédé au paiement de la totalité des arriérés de trois années de cotisation du Parlement congolais au Forum parlementaire de la SADC dont le montant est chiffré à plus de quatre millions de dollars namibiens.

En effaçant son ardoise, le Parlement congolais a échappé à sa suspension de cette organisation régionale. Un motif de satisfaction pour les parlementaires, notamment le représentant de la RDC à ces assises, le député Jean-Marc Kabund. Ce dernier a fait le point des questions évoquées aux assises de Johannesburg, tout en saluant la ferme volonté du chef de l’Etat à ouvrir le pays au concert des nations.

« Le comité exécutif est un organe de décision du FP-SADC. Il est composé des présidents ou de représentants des Parlements. Nous avons pris acte de plusieurs rapports et défini une feuille de route pour la tenue de la prochaine plénière du 25 novembre au 2 décembre 2019. Nous avons adopté plusieurs rapports, notamment de la sous-commission financière, de la sous-commission parlementaire et avons pris quelques résolutions. Il faut souligner que la RDC, notre pays, avait accumulé trois années d’arriérés. Le nouveau bureau s’est investi à redorer l’image du Parlement congolais en discutant directement avec le gouvernement pour que ces arriérés soient apurés. C’est fait.  Et aujourd’hui, la RDC peut maintenant siéger de plein droit… Il faut ici saluer l’engagement du gouvernement et la ferme volonté du chef de l’Etat qui s’investit dans la diplomatie d’une manière générale parce que la diplomatie parlementaire vient en sus de la diplomatie classique. Et il va de soi que le Parlement congolais puisse être en ordre de paiement dans toutes les organisations auxquelles il appartient », a-t-il déclaré.