CRASH D’AVION À GOMA : 29 MORTS ET 1 SURVIVANT, SELON LE GOUVERNEMENT PROVINCIAL DU NORD-KIVU

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dans un communiqué officiel publié dans la soirée de dimanche 24 novembre, le Gouvernement provincial du Nord-Kivu fait état de 29 personnes tuées dans un crash survenu dans la matinée du même jour.

Melis BOASI, Correspondant à Goma

Selon le communiqué lu par Marie Lumoo Kahombo, vice-gouverneur de province, le manifeste de cet appareil immatriculé 9S-GNH de type Dornier 228, 17 passagers dont 12 hommes, 4 femmes et 1 enfant avec 2 membres d’équipage ont perdu la vie lors de ce drame. Alors qu’un communiqué du Ministère des Transports et Voies de communication fait mention de 26 morts, tout en promettant des enquêtes pour déterminer les causes de l’accident et établir des responsabilités.

« L’avion s’est écrasé sur deux maisons dans deux parcelles différentes sur l’avenue Kilambo dans le Quartier Mapendo, dans la commune de Goma juste après son décollage de l’aéroport international de Goma. Les vraies causes de l’accident restent non connues », a souligné Marie Lumoo Kahombo. Comme indiqué dans notre précédent article sur ce crash, Marie Lumoo a affirmé qu’il n’y avait qu’un seul survivant parmi les passagers qui se trouvaient à bord de cet avion de la compagnie « Busy Bee ». A l’en croire, la victime est pris en charge dans un centre hospitalier de la place.

« 16 autres traumatisés qui ont été répertoriés jusque-là, sont également pris en charge par l’État », a-t-elle ajouté. Avant d’ajouter que, vu l’urgence, le Gouvernement provincial du Nord-Kivu vient d’instituer une commission de crise pour suivre de près cette situation.

Une piste technique?

Les sources concordantes renseignent que la boite noire de l’avion serait déjà récupérée par les services habiletés pour une analyse approfondie en vue de dégager la vraie cause de ce crash. Un témoin sur place témoigne néanmoins avoir vu comment l’avion a sillonné des maisons de ce quartier dans le sens de faire demi-tour à l’aéroport. La même source rapporte qu’une des hélices de l’appareil ne tournait pas, ce qui aurait pu causer le déséquilibre à l’avion et causer ainsi ce crash.

Jean-Paul Lumbulumbu, vice-président de l’Assemblée provinciale du Nord-Kivu qui est arrivé au lieu du drame, appelle à des enquêtes sérieuses qui doivent déterminer les vraies causes de ce crash qui a tué des citoyens congolais pour que pareil cas ne se répète plus.

Cependant, il sied de noter qu’au moment où les victimes devraient bénéficier du secours et assistance, des dizaines de jeunes de ce quartier populaire de Goma se sont adonnés au vol des biens en nature et en espèce que possédaient les passagers à bord de cet avion.

« J’ai vu les jeunes sortir des décombres des liasses de 100$ et partir avec. Cela en complicité avec quelques agents de l’ordre qui étaient à ce lieu. Les gens doivent apprendre à venir aux lieux d’accident pour sauver des vies humaines et non avec l’idée de voler. Ça exprime le degré de la pauvreté vécue dans notre société aujourd’hui », s’est indignée Solange Kahindo qui a assisté à la scène. Entre temps, à Goma, à Beni, à Butembo et dans tout Nord-Kivu, c’est le deuil qui est observé dans des familles qui ont perdu les leurs.

Par ailleurs aucun programme d’inhumation des personnes décédées n’est encore fixé.