Goma : Encadrée par la Police, la marche de l’opposition se déroule sans incidents

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ceci fait partie des voeux émis par la population Gomatracienne qui a pris d’assaut les grandes artères de la ville de Goma, le vendredi 17 janvier 2020, à travers une marche pacifique initiée par les militants et cadres du secrétariat exécutif provincial au Nord-Kivu de l »Ecidé », un parti politique de l’opposition cher à Martin Fayulu et membre de la plateforme Lamuka.

Les mouvements citoyents et d’autres sympatisants ont également pris part à cette marche dont le principal message était: « le retour de la paix ». Ce message adressé aux autorités de la République démocratique du Congo par les manifestants, met un accent particulier sur la lutte contre la balkanisation du Congo .

Le point de chute était le Rond-point du monument de la paix de Goma où le député national Jean-Baptiste Kasekwa a déposé une gerbe des fleurs en mémoire des militaires congolais qui ont périt dans la défense de l’intégrité nationale.

Sur les calicots de ceux qui ont prit part à cette marche, l’on pouvait aussi lire « Soutien aux Forces armées de la République démocratique du Congo et non aux infiltrés dans l’armée« , expression du ras-le-bol de la population pour dénoncer l’infiltration de l’armée congolaise. Ce qui a affaibli l’armée congolaise qui produit néanmoins des prouesses sur terrain.

« Cette gerbe des fleurs est déposée ce jour pour se rappeler de combats menés par le Colonel Mamadou Ndala, le Général Bahuma, Mzee Laurent Désiré Kabila, Patrice Emery Lumumba, Luc Nkulula et bien d’autres compatriotes congolais qui ont lutté contre la balkanisation que les pays voisins veulent à tout prix nous imposer et ont œuvré pour la cause de la dignité humaine et pour la paix en RDC« , a déclaré l’élu national Jean-Baptiste Kasekwa.

À lui d’ajouter que cette marche est une occasion pour tous les congolais, où qu’ils se trouvent, de dire non à une République démocratique du Congo sans Beni, sans Minembwe et sans Tanganyika.

« Dans tous ces coins du pays, la stratégie des ennemis venus de l’étranger restent l’élimination des peuples autochtones à travers des massacres et des tueries pour qu’ils récupèrent les terres congolaises et procédent à un référendum dans le but du découpage du territoire national congolais, dans sa partie Est« , note Jean-Baptiste Kasekwa devant la foule qui l’a accompagné.

Devant le stade l’unité de Goma où s’est tenu un meeting public à la fin de cette marche, Jean-Baptiste Kasekwa a interpellé les autorités du pays sur l’insécurité grandissante vécue à Goma.

Il a rappelé la nécessité et l’urgence de doter la Police nationale congolaise des moyens logistiques nécessaires pour faire face à cette insécurité grandissante dans la ville de Goma.

Cette marche pacifique à Goma s’est tenue sans aucun incident et a été encadrée par la police, conformément aux orientations de la Mairie de Goma qui a été informée de sa tenue et en a donné l’autorisation.

Melis Boasi, Correspondant à Goma