Egypte: « L’islam est une religion de paix envers tous les hommes », selon le Grand Iman d’Al-Azhar

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au total une délégation de 23 journalistes africains venus de 23 pays a échangé le mardi 21 janvier avec le Grand Imam d’Al-Azhar, Dr. Ahmed Al-Tayyib, d’Egypte. En visite d’information et de découverte pendant 10 jours en Egypte, ces chevaliers de la plume ont effectué cette visite dans le cadre du Programme « Médias et Coopération Africaine » initié par l’Agence égyptienne de partenariat et de développement (EAPD). Al-Azhar est la plus ancienne institution religieuse internationale au monde enseignant l’islam depuis plus de 1070 ans.

Avant de passer la parole au Grand Imam d’Al-Azhar,  le Secrétaire général de l’EAPD, Mahmoud Elmagrhaby, a circonscrit le contexte de cette visite à l’Université d’Al-Azhar du Caire. Il a précisé que ces journalistes sont là pour découvrir les grandes réalisations du gouvernement égyptien mais aussi évaluer le succès des actions de la présidence de l’Egypte, à travers le Chef de l’Etat Al-Sissi, à l’Union africaine depuis début février 2019.

Dans son mot de circonstance devant la délégation africaine, le Grand Imam s’est étendu sur le rôle et les réalisations d’Al-Azhar. Il a apprécié la démarche d’échanger avec les journalistes qu’il qualifie de « 4ème pouvoir » qui est à la base de « tout développement ». D’entrée de jeu, Dr. Ahmed Al-Tayyib a noté qu’Al-Azhar est une institution d’enseignement dispensant des cours à plus de 2 millions d’élèves du primaire et de secondaire et à 350 000 étudiants de l’Université.

En tant qu’institution d’éducation, Al-Azhar compte 77 facultés dont la médecine, les spécialités des sciences naturelles et est établi dans 108 pays dans le monde. L’Université compte 5 000 boursiers dont 2000 boursiers d’Al-Azhar parmi lesquels 800 sont destinés aux étudiants africains. Selon lui, le président égyptien a demandé de doubler jusqu’à 1600 bourses pour les étudiants africains cette année en orientant 2/3 des bourses vers les sciences scientifiques pendant son année d’exercice à la présidence de l’UA. Dans le même cadre panafricaniste, 562 professeurs ont été envoyés, aux frais de l’Egypte, pour enseigner dans les institutions africaines. De même, Al-Azhar organise régulièrement des convois médicaux vers des pays africains pour soigner les malades quelle que soit leur appartenance religieuse. Dans ce cadre, 45 000 personnes ont déjà été soignées en Afrique. Dans quelques semaines, un convoi médical va aller au Tchad.

« Nous professons la paix. L’islam veut la paix pour l’homme et pour tous les autres êtres non humains », a martelé Dr. Ahmad Al-Tayyib. C’est dans ce cadre que des imams venant de plusieurs pays africains reçoivent de formation sur les vraies idées de l’islam afin de diminuer le taux d’imams ne connaissant pas les préceptes fondamentaux de cette religion.

Dans son adresse, le Grand Imam s’est désolidarisé de tous les terroristes qui tuent les gens au nom d’un faux islam. De son avis, celui qui égorge un être humain et qui tient le coran dans la main n’a rien à avoir avec l’islam. « Nous enseignons des idées correctes de l’Islam », a dit Dr. Ahmed Al-Tayyib, notant que l’université a un programme destiné aux prêcheurs d’Islam auquel les prêcheuses de la Somalie et de la Guinée ont déjà participé.

Selon lui, « Al-Azhar est ouvert au monde entier » en vue de prêcher la paix entre tous les hommes. C’est dans ce cadre qu’Al-Azhar s’est approché du Vatican. Le Pape François de l’église catholique romaine a visité Al-Azhar, a-t-il confié aux journalistes africains. « L’homme souffre beaucoup de crise civilisationnelle. Nous devons renforcer la civilisation de la paix », a-t-il dit.

C’est cette perspective qu’un Acte de la « fraternité humaine » a été signé le 4 février 2019 entre le Pape François et le Grand Imam d’Al-Azhar pour promouvoir la paix dans le monde et lutter contre le terrorisme. Clôturant son mot, le Grand Imam d’Al-Azhar a recommandé les professionnels de médias africains à « motiver l’Afrique pour que l’avenir soit meilleur ».

Avant de quitter l’Université Al-Azhar du Caire, les journalistes africains ont visité l’Observatoire de cette institution. Cet observatoire a pour mission de capter tous les messages tronqués de l’Islam diffusés par les terroristes à travers le monde et préparer des messages appropriés afin de les diffusions dans les communautés pour éviter que des jeunes gens rejoignent le mouvement terroriste.

Amédée Mwarabu (Depuis Caire)